C’est marrant comme les semaines passent, m’inspirent et je ne prends pas toujours le temps de poser les mots et surtout publier en temps réel les sentiments qui me traversent. Cette spontanéité sur le blog me manque un peu.

Hier a été une journée bien remplie avec plusieurs niveaux de lectures et j’ai envie de vous livrer l’un d’entre eux. Parce que plein de petites nouvelles se sont additionnées, faisant écho en moi, formant finalement un seul et même message d’espoir.


Poster disponible sur Etsy - photo de la boutique

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je me lance dans un article pèle-mêle à l’image des articles de Marie Guillaumet ou Je ne sais pas quoi choisir dans lesquels j’aime piocher à loisir ce qui m’intéresse. Voici quelques uns de mes visionnages de ces derniers temps, j’espère que cela vous inspirera.

Un Homme Idéal : suspense et beau gosse

Je l’ai vu en avant-première pour voir Pierre Niney, avouons-le, mais aussi parce que le scénario m’avait intrigué. Mathieu Vasseur, écrivaillon en herbe, tel LeReilly, cède finalement au succès facile en s’appropriant le journal intime d’un mort ayant fait la guerre d’Algérie.
Verdict : j’ai passé un très bon moment. J’ai beaucoup aimé le début qui installe l’histoire, la coiffure au bol de Pierre Niney et ses habits d’étudiant. La rencontre au cocktail avec sa future. Après on entre dans le vif du sujet, un suspense haletant, loin du décor du début. Le mensonge le rattrape… jusqu’à la fin, avec des jeux de miroirs. J’ai apprécié que le film aille au bout de ses idées, mais des questions restent en suspens sur certaines volontés du personnage. Quel est le contenu de Faux Semblants ? Est-ce que la vérité est dévoilée ? Est-ce que la fin était réellement entièrement préméditée ? Si vous avez les réponses à ces questions, je suis preneuse !

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bensé est ce genre d’artiste sans compromis, qui vit pour la musique de manière assumée et qui aime profondément le contact avec son public. Lors d’une pause déjeuner cet hiver, il m’a reçu chez lui, avec un thé, pour un ce que j’aime chez et le découvrir un peu plus autour de ces quelques questions.


Bensé et sa première guitare.  

Quel a été le déclic ?

J’ai toujours fait de la musique. A 3 ans, mon père m’a acheté une petite guitare. Mon premier concert a été à la Fête de la Musique de Nice. J’avais 15 ans et j’ai pris tellement de plaisir à être sur scène que je me suis dit pourquoi faire autre chose de ma vie que ça ?

Dans une interview, tu as dit que c’est un choix de vie que tu assumais complètement, qu’il fallait travailler et qu’en tant qu’artiste, il fallait n’avoir peur de rien. J’ai été impressionnée par cette force de conviction. Peux-tu nous en parler ?

On n’est pas des robots, on a tous des doutes et des appréhensions. Faire ce métier n’était pas une question de choix, cela s’est fait naturellement. Ce qui serait dur au quotidien pour moi serait de prendre le RER et le métro tous les jours pour aller bosser derrière un bureau. Quand on est convaincu en soi-même et grâce au retour des gens depuis tant d’années qu’on a du talent, ce serait du gâchis de ne pas essayer d’en faire sa vie. Jusqu’à présent ça marche. Quand on a le luxe de faire ce métier, ce serait vraiment un manque de respect par rapport au monde entier d’avoir peur de tenter des choses, d’essayer des collaborations, de lancer de nouvelles sonorités ou de se sentir paralyser par quoique ce soit. C’est ce que je pensais quand je parlais de cette peur là.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai l’impression que j’étais au vernissage hier… Depuis maintenant 4 ans, le festival de la jeune photographie européenne est devenu pour moi un rendez-vous incontournable. Il faut dire que photo et jeunes talents, c’était fait pour me plaire. Je suis un peu nostalgique du temps où le festival était au Parc de Bagatelle mais force est de constater que le 104 est plus central, et il fait un peu froid en Janvier/Février pour profiter des jardins de toute façon…

Il vous reste donc 2 jours pour profiter de cette exposition photo qui offre 43 photographes à découvrir. Autant dire que les thèmes sont variés et vous trouverez forcément quelque chose qui vous plaira. J’oubliais de préciser : c’est gratuit !

Deux nouveautés cette année pour le festival :
- une expo pour les enfants. Un condensé de l’expo plus accessible et plus rapide, une bonne façon d’initier vos bambins à la culture. Il y a plusieurs petits jeux intéractifs, dont une carte de l’Europe pour deviner d’où viennent les photographes exposés.
- Circulagram : une riche idée participative, 8 photos sélectionnées, auxquels vous pouvez réagir, à l’image d’un cadavre exquis, en postant ce qu’elle vous inspire sur instagram avec le hashtag du photographe et #Circulagram. L’intéractivité ne s’arrête pas là, puisque vous pouvez dans le “Château d’Eau” du Festival (à l’entrée du 104) regarder les photos réalisées dans les bornes prévues à cet effet, imprimer votre préférée et l’afficher à côté des photos originales. Une super idée !

Dans cette multitude d’univers, plusieurs “thématiques” se dégagent :

Une volonté d’exorciser son passé personnel

Rita Puig Serra et sa série Where Mimosa Bloom où elle marche sur les traces de sa mère disparue Yolanda.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aaaah. Cabadzi. Je vous avais déjà parlé de ce que m’inspirait leurs textes. Ils crient une vérité dans laquelle je me retrouve parfois, cette lutte intérieure et face à la société. Le tout dans une jolie musicalité avec un album/objet « Des angles et des épines » magnifique, photos, paroles, typo… J’ai interviewé Lulu, chanteur et auteur du groupe. Je suis assez admirative de leur façon de vivre, d’aller au bout de leurs convictions. C’est pour ça qu’ils démarchent de petits producteurs locaux pour créer des sublimes carnets et même du vin pour accompagner l’écoute du disque. Je vous laisse jeter un oeil à la boutique… et en découvrir plus sur Cabadzi. Je suis conquise et j’ai hâte de les voir mercredi soir en concert à Saint-Eustache.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

A l’occasion des 25 ans du groupe, Texas sort un album de reprises de leurs plus grands tubes en version soul et quelques inédits. J’ai été conviée il y a quelques semaines à rencontrer la chanteuse Sharleen Spiteri dans une ambiance intimiste. J’ai grandi dans les années 90s, sans internet, en étant une enfant de la télé habitant Lyon, alors ce genre de rencontre me parait toujours surréaliste.

Sharleen nous a rejoint en toute simplicité dans un bar. Nous étions quelques blogueurs préalablement réunis, prêt à boire ses paroles. Elle était d’ailleurs surprise qu’on prenne des notes. Il faut dire que la chanteuse a fait ce métier par passion pour la musique et aucunement pour être connue, et cela se ressent.

On est revenu sur sa relation avec la France, comment elle a découvert les chansons de Françoise Hardy et Serge Gainsbourg grâce à sa grand-mère française. Cela tranchait assez avec le répertoire qu’elle écoutait à l’époque, comme The Clash. Sharleen a évoqué le fait que les français chantent assez différemment des anglais, le son chez eux vient plutôt des tripes, comme Edith Piaf qui avait cette résonance.
Bien qu’ayant des origines françaises, Sharleen comprend mieux le français qu’elle ne le parle. Elle a pris des cours de français quand on lui a proposé de participer à The Voice, mais au bout de quelques mois, elle a préféré décliner sa participation à l’émission comprenant qu’elle ne pourrait pas s’exprimer aussi sincèrement qu’elle le voudrait.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !
23 fév, 2015 -

Berlin

Le séjour avait pourtant bien commencé. Certes, fatiguée de la semaine (rencontre avec Sharleen Spiteri, Meetup où j’ai présenté mes photos… oui je vous ai dit, j’ai plein de choses à vous raconter en ce moment !), mais plutôt heureuse d’être là et de changer d’air. Et puis, le jour de mon anniversaire, il a commencé à faire très froid. La balade à East Side Gallery (une portion du mur de Berlin peinte par des artistes du monde entier) a eu raison de moi. On a eu beau essayer de se réchauffer l’après midi dans les petites boutiques de Friedrichshain, j’étais crevée ! Et ça s’est pas arrangé le lendemain avec la fièvre… J’ai jamais été aussi contente de rentrer chez moi… clouée au lit 3 jours sur ordre du médecin. Foutue épidémie de grippe.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

« If you believe in love at first sight, you never stop looking. » (Closer)

Éternels amoureux. A la recherche de l’idéal, celui qui nous comprend et qui a les mêmes envies, tout en étant suffisamment différent pour être intéressant. Celui qui nous fait rêver, nous surprend, tout en nous rassurant. Naviguer entre les jeux de séduction et les déceptions. Entre sécurité et passion.

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai l’impression de courir après le lapin blanc ces dernières semaines… Délaissant quelques peu le blog, pourtant j’ai plein de jolies choses à vous raconter, comme cette bonne nouvelle : je renouvelle mon partenariat avec Le Fair, avec non pas un artiste à suivre cette année mais trois !  J’ai nommé : Baden Baden, Léonie Pernet et Blind Digital Citizen.

Je suis très heureuse de suivre Baden Baden, qui ont sorti hier leur deuxième album Mille Éclairs. Derrière le nom de ce groupe se cache trois parisiens, Eric, Julien et Gabriel. Un trio accompagné de deux personnes suppleméntaires sur scène. Ils ont commencé leur collaboration en 2008. C’est deux ans après que je les ai connu, lorsque je travaillais à Allomusic, avec leur EP 78. J’ai eu un vrai de coup de coeur. C’est le genre de chansons que je pouvais écouter en toute occasion, ayant pour vertus de me calmer ou de me réconforter, sans m’en lasser. Le dernier album qui m’avait fait cet effet est God Blesse de Saez, que j’aimais à écouter dans le train, telle Scarlett Johanson dans Lost In Translation.

Mille Éclairs est un album doux, mélancolique, invitant parfois au voyage avec des sons étrangers. “Je regarde le monde mais le monde ne me voit pas.”, entre solitude et un rapport à l’autre toujours présent, entre l’agitation pour oublier et celle pour exister. Les claviers de Depuis Toi m’ont rappelé une chanson de Cocosuma, utilisée dans les téléfilms Clara Sheller, et certaines montées en puissance, comme L’élégance avec, seraient idéales en bande son d’un film de Valérie Donzelli.

Voilà c’est çà Baden Baden, une invitation à l’esthétique, au voyage intérieur, à toutes ces jolies références cinématographiques qui résonnent en moi quand je les écoute. D’ailleurs quand on voit leurs derniers clips, on voit bien que l’esthétique est importante pour eux : A tes côtés et J’ai plongé dans le bruit. Ma chanson préférée reste Dis leur, que j’écoute en boucle…

Je vous laisse avec les visuels que m’a inspiré l’écoute de l’album.

Crédits photos : Olivier MetzgerAnna RakhvalovaNadia Moro /Kurtis Warienko

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’était l’été. Je ne sais plus trop comment, je suis tombée sur le clip de Je Te Déteste. J’ai eu un coup de foudre instantané, entre le contraste flagrant des jolies images et les paroles, et ce rythme entêtant. J’ai ensuite guetté avec impatience la sortie de l’album Idées Blanches en Octobre dernier. Un album efficace qui m’a tout autant plu que ce premier titre, avec un gros coup de coeur pour le titre Labello. Tout semble sourire au jeune Vianney : une nomination aux Victoires de la musique, un Café de la Danse le 28 janvier complet et une nouvelle date parisienne : le Trianon le 4 juin. J’avais très hâte de le rencontrer ! En plus, d’être un bon auteur compositeur, je rajouterai que Vianney est adorable.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pages :1234567...65»

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Instagram

Archives

CE QUE J’ECOUTE