Comme vous le savez, j’étais finaliste, catégorie arts graphiques, au festival de Romans. Je m’y suis donc rendue samedi. Certains vont être décus, je n’ai pas eu de prix mais l’important pour moi était de pouvoir être jugée sur mon travail et pouvoir assister à cette manifestation. Merci encore à ceux qui m’ont soutenus.

Le festival est controversé sur plusieurs points, et je tiens à dire que pour avoir un point de comparaison, la controverse a bien lieu d’être. En effet, la première édition du Premium a été organisée en un mois et demi avec peu de moyens, entrée gratuite, mélant conférences, projections et échanges avec des stands etc et a plus que satisfait son public.

Le festival de Romans est une excellente initiative. Il présentait des conférences intéressantes qui avaient lieux dans deux salles alors qu’une aurait suffit. Une tente sur la place exposait les différents travaux des finalistes arts graphiques, photos et BD. (photo ci dessous avec au premier plan mes oeuvres ^^). Dès mon arrivée j’ai pu contasté que de grands moyens avaient été déployés puisque j’ai été accueillie par des hotesses, un bracelet certifiait de notre entrée, une cérémonie des prix dignes des oscars… Organisation en grande pompe donc, peut être un peu trop ambitieuse pour une première édition, favorisant alors les paillettes, plutot que son public et les nouveaux talents qui devaient être mis à l’honneur. D’ailleurs tous les finalistes n’étaient pas au rendez vous suite à cela. Ces diverses critiques ont été soulignées lors de la conférence « Réflexions sur l’organisation de la deuxième édition du festival de Romans ». Christophe Ginisty en a pris bonne note, très fair-play, en nous expliquant son point de vue sur certains points. Notamment sur les sponsors qui ont en effet répondu présents mais n’ont pas forcément alignés de gros chèques car il faut d’abord que le festival fasse ses preuves. Espérons que lors de la deuxième édition les finalistes seront repérables plus facilement afin qu’on puisse aller les voir et partager nos avis sur leur travail. A noter également que Christophe a promis une entrée gratuite pour la deuxième édition aux festivaliers présents.

Je n’ai été là que samedi, mais certains ont pu confirmé l’impression que j’en ai eu. Néanmoins, malgré ce problème majeur, j’ai passé de bons moments. J’ai assisté à la conférence « Les raisons de l’explosion de la musique sur Internet » avec des professionels de maisons de disques et myspace. J’ai également vu l’exposition sous la tente, j’ai alors en effet été un peu frustrée de ne pouvoir partager mes impressions avec leur auteur peu repérable dans la « foule ». Après la conférence sur la deuxième édition, j’ai enfin pu échanger quelques mots et fait la connaissance de Tambouille et Miss A. L’un des meilleurs moments puisque le contact manquait. Il y a eu enfin la remise des prix, avec son lot d’émotions, et les fantaisistes et remarquables prestations de Vinvin, François Rollin et le mystèrieux chanteur dont je ne me souviens plus le nom (si quelqu’un peut m’aider à le retrouver, çà serait cool)

Un bon moment malgré tout donc. On attendra la deuxième édition pour juger véritablement le festival. Une question me vient néanmoins à l’esprit : Faut il vraiment une médiatisation pour qu’un festival soit réussi ? (je crois que ceux présents ont la réponse).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE