Ben oui, j’étais bien obligée d’en parler… Aaahh… Alizée ! *Soupir* Mon ex en a chié pendant ma période « Mes courants électriques » en 2003 quand j’écoutais l’album en boucle, toujours aux aguets des dernières photos de la belle. Car oui, il faut bien avouer qu’Alizée est belle. On peut discuter de sa musique, mais pas de ce fait indéniable. Une première image qui attire l’attention dans le monde entier : la fille idéale pour les garçons et un parfait modèle pour les filles… Car Alizée c’est des rythmes pop sucrés et colorés mais surtout une image soignée. De l’époque « Mylène », on retient les tenues Courrèges et autres accessoires qui faisaient de chaque intervention un véritable évènement. Ce n’est pas pour rien qu’un site énumérant les vétêments de la chanteuse s’est crée. J’ai d’ailleurs suivi le mouvement en achetant robe à carreaux, cravate écossaire ou autre faux collier Dinh Van

Les années ont passé, et la fan que j’étais a suivi de loin les différents retours. 2007 a accueilli un « Psychédélices » plutôt décevant : ni la musique, ni l’image ne collait à mes attentes. Un coche raté, impasse faite. 2010 assure une sortie rondement menée pour « Une enfant du siècle« . Des infos aux comptes gouttes un mois durant : de quoi tenir en haleine et faire parler. Il faut dire qu’Alizée est attendue au tournant. Virage électro. Une image plus féminine soupoudrée à coup de polaroids sur son blog. Un clip très relayé donnant l’espoir d’un album prometteur. Une première écoute d’Eden Eden, je reste septique : ca a un gout de « Club Dorothée »… Après tout, les trentenaires d’aujourd’hui sont les enfants d’hier, nostalgiques de ces années d’innocence… Logique se fait et après quelques écoutes, la magie opère, à quelques titres prêts. A l’exercice promo, on garde le look et on émet des doutes sur des propos un peu trop millimétrés.

Après une release party qui m’a complétement fait replonger… Je me suis interrogée sur le fait qu’outre la nostalgie, il devait bien avoir une raison pour que je « m’accroche » encore. J’aime à écouter des artistes qui composent de bout en bout, qui expriment leurs sentiments avec leurs tripes… Exception faite de quelques Britney Spears qui permettent de se déhancher sur le dance floor. Je crois que justement Alizée fait partie de ces exceptions. Au final, on se fou un peu de ce qu’elle raconte, l’essentiel c’est que cela « sonne » bien et beau. C’est du rêve. Sans raison, ni sens, on se laisse aller, avec peut être un peu d’innocence retrouvée.

crédit photo Julien Magre

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger... Tags : , , , , , , , ,

3 Commentaires

  • Ce n’est que mon point de vue mais jusqu’à maintenant je n’ai jamais été touché par les paroles d’Alizée.. Du coup zéro album mais le single de Lolita » est dans mes étagères & j’aime l’écouter encore aujourd’hui. Je tendrais une oreille sur le nouvel opus car c’est plus mon univers…

    Concernant l’image du monde d’Alizée, j’adoooore!!! Toutes les périodes, c’est pour moi un sans faute! Et pour terminer je dirais ENTIEREMENT d’accord cette fille est juste Belle!!! Et hyper sexy sans rien faire & ça c’est la classe!

    Ceci dit en passant, j’ai une amie qui, si elle avait la même garde robe & moyens techniques, n’auraient rien mais absolument rien à lui envier…. Mais oui mais oui mon Ally jolie ^^

  • C’est une beauté au naturel, un joli minois. Une poupée alors qu’elle a plus de 20 ans. J’aime son monde et sa voix mais bizarrement, j’ai du mal avec ce dernier album. Le précédent était pas mal. Je garde en souvenir la période jupe à carreaux, bas blanc et petites chaussures noires lors d’une émission TF1. Le week-end suivant, j’achetais pareil !

    Par contre, ce sont les textes de son mari Jérémy Châtelain qui me manquent un peu…

  • Je ne suis pas particulièrement fan mais c’est agréable à écouter !!

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE