La première écoute de T’es Gentille de Sam peut laisser un goût amer à ceux tentés de le prendre au premier degré. Dans ses chansons, cet artiste un brin charmeur aborde avec dérision les relations amoureuses. Derrière son personnage se cache Julien Estival, auteur-compositeur, entouré de ses camarades de scène.


 Tu as été professeur de francais. As-tu toujours eu l’amour des mots ?
J’ai été prof au collège pendant six ans. Je lis beaucoup depuis que je suis adolescent. C’est la littérature, et la poésie notamment, qui m’ont amené à la chanson. J’écrivais des poèmes et, petit à petit, je les ai rapproché des musiques instrumentales que je composais au piano. J’ai fait des études de lettres modernes pendant lesquelles j’ai étudié les classiques et les contemporains comme Belle du Seigneur. C’est un roman qui m’a marqué.

 Pourquoi Belle du Seigneur t’as particulièrement marqué ?
Je l’ai lu à 18 ans. À cet âge-là, on est romantique et idéaliste. Le personnage principal, Solal, affiche un certain cynisme par rapport à l’amour. J’aime cette approche, car c’est ce que je ressens de la relation amoureuse, partagée entre un côté romantique et le second degré.

 Tu as adapté un poème de Victor Hugo dans la chanson J’y pense toujours
C’est un très beau poème. J’ai essayé de l’adapter en reprenant des vers et en en changeant d’autres. Je trouve bien de s’approprier un matériel littéraire traditionnel et d’en faire quelque chose de plus actuel. Cette chanson très idyllique présente le côté romantique et romanesque de ma personne.

 Tu as aussi un côté très classe et cabaret, qui s’exprime dans tes costumes…
Les habits qui ont du caractère me plaisent. Je n’aimerais pas être estampillé cabaret, mais j’aime cette idée de personnage un peu rétro, classe et populaire : une sorte de dandy un peu débraillé.
En fait, j’aime beaucoup l’univers du burlesque. C’est d’ailleurs pour ça que j’avais choisi des pins up et l’univers des années 1950 dans le visuel de mon album précédent « Entre Vos Seins ».

 As-tu la nostalgie de ces années-là ?
J’ai la nostalgie de l’érotisme, au premier sens du terme : susciter le désir. Tout est montré maintenant ; avant c’était plus suggéré. Le fait de masquer les choses crée le désir. Dans mes chansons, il existe une dimension sexuelle. Je m’efforce de la traiter sans vulgarité, en suggérant les choses par petites touches comme dans J’y pense toujours : je parle du châle, de l’épaule, du pied nu, des codes désuets que j’aime replacer dans la période actuelle.

 La chanson Apprends-moi parle-t-elle de la peur de ne pas arriver à s’attacher ?
On peut l’interpréter de plusieurs manières. Je n’ai pas de clés définitives : j’aime bien les chansons à plusieurs niveaux. J’essaie toujours d’utiliser des formules qui permettent le double sens. Dans cette chanson, je me décris en antihéros, un mec qui ne sait pas draguer ou faire l’amour. Et une nana lui apprend tout. J’y dessine la figure d’un mec qui n’est pas trop sûr de lui. On peut l’interpréter différemment…

 Mènes-tu d’autres projets ?
J’écris toujours de la poésie. J’ai momentanément arrêté le théâtre, mais j’en ai fait plusieurs années. J’aime bien tourner dans des courts métrages. Je suis aussi un peu comédien sur scène… Quand tu es prof, tu es en représentation permanente.

Si j’avais pu, j’aurais bien fait de la couture et du stylisme. J’ai toujours été bercé par les habits de femme puisque ma mère en vend.

 Aurais-tu un conseil à donner aux jeunes talents ?
S’armer de courage et travailler énormément ! Donner aux gens ce que l’on veut que les gens nous renvoient : des choses positives.

LE QUESTIONNAIRE SEDUCTEUR

Une chanson pour te mettre dans l’ambiance avant un premier rendez-vous… Sexual Healing de Ben Harper.

Un lieu pour un premier rendez-vous… Un terrain de squash. Ailleurs, elle s’arrangera toujours pour être bien habillée ; là avec ton survêt’ minable, tu ne peux pas tricher. Tu vois vraiment comment elle est, si elle est joueuse et si elle en veut…

 Un livre de chevet pour faire de beaux rêves… Des poésies d’Alfred de Musset.

 Un CD à offrir à une fille… « Solo Piano » de Gonzales, très classique et romantique.

Un livre à offrir à une fille… Pagaille Monstre de Jérôme Attal. C’est un livre dont vous êtes le héros : tu es dans la peau d’une fille et tu choisis ton aventure.

 Une chanson pour faire l’amour… Il faut une chanson bien rythmée, un truc électro : Daft Punk.

Une façon classe de larguer en douceur… Autour d’un barbecue : ce n’est pas classe du tout mais, justement, je pense que cela passe mieux. Il ne faut surtout pas que ce soit romantique, en fait.

Une chanson quand on fait du sport pour garder la forme… Around The Bend de The Asteroids Galaxy Tour : c’est un morceau qui donne la pêche et la force d’aller jusqu’au bout.

 Une phrase à dire en soirée pour briser la glace… « Est-ce que tu aimes la choucroute ? », pour voir la réaction de la fille.

 Un film à aller voir ensemble… Les Petits Mouchoirs ou Moi, moche et méchant.

 Un plat que la belle pourrait te faire déguster pour te faire craquer… Une choucroute !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE