C’est en lisant un roman que cette image m’est apparue. En caressant le rêve de devenir moi aussi écrivain, je me suis soudainement rappelé qu’à une époque, j’écrivais des histoires.

J’avais tenté d’écrire deux récits : un sur un jeune homme riche prénommé Jonathan Galway – j’avais cherché un nom qui sonne bien sur la mapmonde de mon bureau – et un autre sur Kelly, une jolie princesse. Cette héroïne m’avait été inspirée par ma professeur de français au collège. Ce n’était pas une matière que j’affectionnais particulièrement, mais la prof me faisait rêver. Elle était rousse avec de très longs cheveux, une peau laiteuse et de grands yeux clairs. C’était une très belle femme et intelligente de surcroît. Je buvais ces paroles et je l’admirais. Je crois que c’est elle qui m’a fait découvrir Le K de Dino Buzzati. Cette nouvelle triste et poétique m’avait marquée. C’est le genre de lecture qui aiguise votre imagination.

A peu prêt à la même période, j’avais trouvé un dessin d’une jeune femme à l’allure similaire, dans une robe blanche, simple, presque transparente, tenant entre ses mains une lumière divine, le tout situé dans une forêt aux couleurs féériques et crépusculaires. Kelly était née : ma princesse aux allures de la prof de français. J’essayais de lui inventer une vie dans un château avec un père sans doute trop dur avec elle. Son coeur voguait vers des envies d’ailleurs, de rejoindre les lutins et autres créatures des bois. Peut être aurais-je aimer réécrire Princess Bride d’une certaine façon.

Je me souviens qu’une fois, lors d’une virée dans l’Ain avec mon père, j’ai vu à travers la vitre de la voiture le paysage tel que je l’imaginais autour du château de Kelly. Il y avait un léger brouillard de quelques centimètres surplombant la végétation. Le reste était clair et dégagé. Il régnait une fraicheur égale à celle de la rosée du matin. Parfois, ce brouillard matinal me manque. Il sera toujours lié aux matins scolaires de mon enfance.

Je ne sais pas ce qu’il est advenu de Kelly et de Jonathan. Je n’ai jamais fini leurs histoires. Je sais juste qu’ensuite, j’ai écris quelques nouvelles fantastiques, un peu à la Quatrième Dimension. J’en étais assez fière. Et puis un beau matin, j’ai arrêté d’écrire. Pour reprendre d’une autre manière, quelques années plus tard. Je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé entre temps.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Commentaires

  • Tu sais ce que j’en pense.
    Just write it.

  • Ouais, écris !
    Et fais nous lire après, ça donne déjà envie !

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE