Palo Alto ne parle pas de l’amour entre un professeur et son élève. Palo Alto parle de l’âge adolescent et de son errance. De ses parents qui ne nous comprennent pas et qui sont occupés à autres choses. De la pression scolaire. Des devoirs, mais aussi du regard des autres, sanglant à cet âge là. Cette pression qui nous dicte qu’on n’a pas le droit à l’erreur alors même qu’on se cherche. De la compétition sexuelle dûe à la puberté. Ce sexe, drogue et rock’n'roll un poil trop présent dans le film. L’ennui. Ces heures à errer, entre potes ou seul chez soi. Le vide de ce monde sans internet. Des heures entières dans sa chambre, dans son monde, à se vouloir plus fort. Chercher le réconfort dans l’autre et se plier à l’autre parfois pour exister.
Ce rythme contemplatif m’a fait replongé dans les heures de mon adolescence perdue. Cet âge qu’on regrette uniquement pour l’inconscience envolée.

Ce film complète très bien un autre film que j’ai vu récemment States of Grace sur un centre d’ados en difficulté. Je vous encourage à voir ce dernier.Palo Alto est inspirée des nouvelles du même titre écrites par James Franco. Est ce que certains d’entre vous les ont lues ? J’avoue que je suis curieuse maintenant.

Crédit photos : Pathé Distribution

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger... Tags : , ,

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE