Mon partenariat pour le Fair avec la talentueuse Sophie Maurin arrive à sa fin. Après l’avoir prise en photos elle et son intérieur, je lui ai posé quelques questions. C’était une chouette rencontre, Sophie aime les arts et c’était très sympa de collaborer avec elle. Il ne me reste plus qu’à attendre de la voir sur scène maintenant ! Bientôt j’espère…

Quel a été le déclic ?

Il n’y a pas eu un instant T qui ait changer le cours des choses mais avoir commencé l’apprentissage du piano petite a été une première étape. Le deuxième moment important a été quand j’ai accompagné la chorale de mon école de musique. Je me suis rendue compte que j’aimais jouer du piano et chanter en même temps. Les sensations et le plaisir étaient décuplés, cela a été un petit choc pour moi. Enfin, je me suis vraiment engagée professionnellement dans la musique lorsque j’ai autoproduit mon EP. Je venais d’être diplômée en architecture et j’avais rencontré des musiciens avec qui j’avais fait de jolies maquettes. Je voulais avoir une vraie trace de ce travail.

Quelles sont tes pêches à l’inspiration ?

Deux choses :
- en général, quand je suis réllement inspirée et que je mets au piano, c’est que je ne suis pas bien. Je compose plutôt par rapport à un sentiment de spleen.
- la littérature m’inspire pas mal aussi. Souvent, la lecture me donne envie d’écrire, pas forcément sur la même thématique mais cela titille ma créativité et me pousse à produire des choses.

Quels sont tes remèdes dans les moments down ?

Quand je ne suis pas bien justement, je me mets au piano. Je fais de la musique pour me faire du bien en général. J’essaye de sublimer ce sentiment pour en faire quelque chose de positif. Si tu écoutes mes textes, ils sont plutôt négatifs la plupart du temps. il y a de la mélancolie que j’essaye de contrebalancer avec la musique. Cela doit être parce que je suis optimiste dans le fond.

Quel est ton conseil pour les jeunes talents ?

J’entends souvent “Comment avez-vous percé ?” et c’est un terme qu’il faut oublier… car cela n’a aucun sens, on ne perce jamais vraiment.
Se remettre en question, c’est bien pour évoluer dans son projet mais il faut quand même avoir confiance pour assumer ce qu’on fait. Surtout, il faut persévérer parce que ce n’est pas sûr que cela marche au premier coup. Il faut être très très très patient. Il ne faut pas faire cela pour l’argent, c’est trop incertain et trop instable. Il faut d’abord le faire parce que tu prends du plaisir à le faire. Tous les moments difficiles sont totalement contrebalancés par les moments où tu vas t’éclater sur scène ou en studio. Rien qu’en répét, il se passe des trucs super parfois.

Quelles sont tes motivations pour demain ?

Je suis de nouveau sur le chemin de l’écriture en ce moment. Je réfléchis pour le nouvel album, je compose énormément et je fais des nouvelles maquettes. Sinon litérallement demain, je finalise une reprise, la complainte du partisan, pour un webdocumentaire sur les résistants co-produit par France 3.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  • J’adore Sophie Maurin, j’ai eu la chance de la voir sur scène et c’était top !

    Estelle
    lamodeestunjeu.fr

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Instagram

Archives

CE QUE J’ECOUTE