Hier, j’écoutais le nouvel album de Cabadzi. Je vous en reparlerai, il est magnifique, aussi bien dans l’objet que dans les chansons. Et en écoutant D’en haut la ville est belle en bas, cela m’a rappelé un texte que j’ai écrit à Copenhague lors de mon escapade le mois dernier. Cette impression que le temps vous échappe parfois, pour des mauvaises raisons et qu’il faut l’apprivoiser de nouveau.

« There’s some kind of urgency that I don’t quite like in Paris. You’re always struggling, running everywhere, trying to find solutions to problems that you shouldn’t even have, and you never really take a break from this flow, except when you’re on holidays. » extrait du texte Being Young in Paris.

Je cherchais à exprimer ce qui m’avait poussé à partir tout à coup. Cette envie urgente de tout couper, de prendre l’avion ou non, mais en tout cas d’être seule et loin. Et je suis retombée sur ce texte et sur cette phrase.

J’adore Paris. Je l’ai choisi il y a 7 ans comme on peut choisir un amant. J’en suis tombée amoureuse et j’ai sauté le pas, j’ai quitté Lyon. Ce Lyon que je n’avais pourtant pas réussi à quitter quelques années auparavant pour un an en Erasmus.

Aujourd’hui, je connais Paris par coeur. J’aime ses bonnes adresses que j’aime découvrir à chaque fois. J’aime ses rencontres, parce qu’à Paris, plus qu’ailleurs en France, on rencontre des gens qui sont artistes, qui ont l’âme de vivre pour les choses immatérielles, celles qui nourrissent le coeur.

Paris m’a beaucoup donné. C’est aussi effectivement un rythme incessant pour les gens qui, comme moi, veulent saisir toutes les opportunités offertes par la ville. Le problème n’est donc pas tant les gens stressés qui marchent vite dans les transports, qui déplaisent tant aux provinciaux, mais ce “toujours plus”. Paris offre pléthore d’activités, il faut donc choisir avec cette impression de ne pas pouvoir tout faire. Frustration. Ces ambitions portées toujours plus hautes et ce temps raccourcit par ces journées qui ne font que 24 heures. Paris, c’est aussi le regard des autres. De ces gens qui se regardent le nombril, sur les réseaux sociaux ou ailleurs. Ces soirées mondaines à faire la bise, à être sincère aussi et dans lesquelles on se perd parfois.

Paris a été une course incessante cette année, sans vraiment comprendre pourquoi, j’avais l’impression de courir après quelque chose qui semblait ne pas exister. Un équilibre en vain. Beaucoup de jugements, d’un côté, comme de l’autre. Une lutte dans laquelle je n’ai jamais flanché mais où il est difficile de s’affirmer dans un paysage malade. Le chemin a été long et je commence à voir la conclusion qui en découle mais ce n’est pas encore l’heure d’en parler.

Ce que je sais c’est qu’au mois d’Août, là où j’ai appris deux bonnes nouvelles dans la même journée, au lieu de me réjouir, j’ai été me cacher dans les toilettes pour pleurer. Mes nerfs ont lâchés. Je n’ai pas dormi. Et je ne savais pas où était réellement passé ces derniers mois qui ne me ressemblaient pas vraiment. Parce que j’ai couru au lieu de vivre, après ce quelque chose qu’il fallait à tout prix obtenir, alors que l’urgence n’était pas là.

J’ai eu envie d’aller me trouver. De fuir le regard des autres. De prendre du temps pour moi. Loin de ce brouhaha incessant. Là où le temps n’appartiendra qu’à moi.

Cliquez sur l’image pour en savoir plus sur cette chouette citation.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger... Tags : , , , , , ,

5 Commentaires

  • Mm, merci pour ces mots posés ici, qui me parlent beaucoup car me rappelent une période de ma vie. Tu es douée pour l’écriture, tu le sais non ? ;) J’espère en tout cas que ta conclusion est plus que positive à présent. Bises

  • Je comprends très bien ce sentiment aussi :) j’imagine que ce voyage a été bénéfique, et j’espère que tu as trouvé un rythme qui te convient.

  • Hello :) Merci pour ton commentaire ! Je tâtonne encore pour le rythme mais ça va venir :)

  • Hello Littlesa ;) Merci pour ce compliment :) Ca me pousse à continuer.

  • Très beau texte et touchant !

    Je ne sais pas quoi dire d’autre; si ce n’est: Poutous. ;)

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE