J’avais rendez-vous avec Valérie Donzelli un midi de la semaine dernière, enfin son exposition photo plutôt. J’aime beaucoup Valérie en tant que réalisatrice. Je l’avais découvert comme beaucoup avec La Guerre est Déclarée. Un film qui m’avait rendu triste. Comment un amour si fort peut-il se voir séparer par l’expérience difficile de la maladie de leur enfant ? Peut-on ne pas aimer une histoire vraie ? Valérie avait livré dans ce film ce qu’elle a vécu avec Jérémie Elkaim. Toujours est-il que malgré le propos, j’avais adoré la réalisation, le rythme, la musique omniprésente, les émotions exprimées de manière poétiques, comme dans Main dans la Main ou le minimaliste et excellent La Reine des Pommes.J’avais donc rendez vous avec son expo, De Myrha à Babylone, à la Galerie Cinéma, rue saint Claude (qui vous rappellera sans doute une autre reine).

C’est en franchissant la porte, que j’ai découvert le thème : le trajet.

C’est un sujet auquel je suis sensible. Lors de mon école préparatoire aux concours des beaux arts (oui, j’ai fait ça après le bac même si je n’ai pas continué dans cette voie), une professeur nous avait donné ce thème. J’avais fait une toile divisée en quatre décrivant les quatre correspondances de mon trajet de l’époque. Aujourd’hui le trajet, répétitif, est quelque chose qui me pèse parfois dans le quotidien. J’ai l’impression de revivre un jour sans fin… Il y a des moments charnières dans le trajet, presque pesants. Le coup d’œil au temps d’attente, ce couloir encore et toujours, passer son badge 500 fois dans l’année, taper le code, marcher vite et traverser toute cette grande rue… Remarquer ce manteau bleu et ses cheveux roux avec son sac rayé vert et blanc. La voir et la reconnaître de cette fois où je m’étais dit « chouette ce look ». Et ne me souvenir d’elle que pendant ce laps horaire du matin. L’oublier aussitôt.

C’était donc une bonne surprise. Valérie Donzelli a raconté l’histoire de Jeanne, comment cette femme s’est retrouvé à aller De Myrha à Babylone, un déménagement, la crèche. Les photos s’imbriquent les unes aux autres, interagissant et créant le mouvement. On rentre dans le quotidien de Jeanne. Une tranche de vie. Et on entend sa voix.

Ce n’est finalement pas si éloigné de son travail habituel. On retrouve sa personnalité dans le traitement de son sujet. L’exposition est à découvrir jusqu’au 14 novembre, entrée libre.

Et vous ? Que vous évoque vos trajets quotidiens ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Commentaires

  • Mes trajets Quotidiens m’évoque beaucoup de lassitude mais je me réjouis de me coller contre mon homme le matin, ou d’y lire un bon bouquin le soir.
    Tu m’as donné envie d’aller jeter un coup d’oeil à cette expo !

  • @Aurore : Merci, j’ai l’impression d’être moins seule dans cette lassitude. J’espère que l’expo te plaira autant qu’elle m’a plu ! :)

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE