J’ai vu Seul sur Mars en avant-première avec Madmoizelle la semaine dernière. C’est un film magnifique avec des paysages incroyables et une histoire bien plus prévisible – et crédible – qu’Interstellar. Je suis bien contente que le cinéma renoue avec l’espace en ce moment. M’occupant actuellement du social media management d’une école d’aéronautique, j’ai eu un autre regard sur le film. Non plus comme de la science fiction mais comme le reflet du quotidien de certaines personnes. J’ai vu des étudiants accomplir leurs rêves et bosser sur un programme d’Ariane ou faire une mission de simulation sur Mars… C’est assez magique le chemin qu’on arrive à réaliser avec de la volonté et du travail.

Quand j’étais petite, j’aimais les dinosaures, l’espace et les voitures. Bon je vous rassure ou pas, j’aimais aussi jouer à la Barbie. Arrivée en terminale S, je n’avais pas encore d’idées précises de ce que je voulais faire après. On nous conditionnait tous à rentrer en prépa pour faire une école d’ingénieurs. Ça avait l’air horrible. On nous disait qu’on n’aurait plus de vie pendant deux ans. J’étais jeune et je n’avais pas tellement envie de m’enfermer là dedans. Il faut dire aussi que je n’avais pas les notes pour. J’avais des facilités alors, j’ai laissé les maths et la physique me dépasser. Je me concentrais sur les matières « faciles » et je préférais regarder Hartley Coeurs à Vif en rentrant du lycée. Dommage, dans une autre vie, j’aurais bien voulu bosser à la NASA.
C’est la SVT qui m’a sauvé au bac. Mais bon, hors de question de faire de la biologie mon métier : la dissection et moi ça fait trois. Je me souviens encore de la tête de mon prof quand j’ai refusé de gratter la tête d’un poisson « Mais comment tu fais la cuisine ? »  » – Ben je la fais pas… ».
Au final j’avais des envies de langues, d’arts et de cinéma. C’est alors que ma rencontre avec internet en 1998/1999 a changé ma vie. Mais ça, c’est une autre histoire…

Dans un hélicoptère de l’US Air Force lors du Salon du Bourget 2015. 

Quand on travaille au quotidien avec des étudiants, on se replonge forcément dans son passé, face à notre propre orientation. Je n’aurais clairement pas pu travailler dans l’aéronautique, et je ne pense pas que cela m’aurait plu. Mais je suis contente aujourd’hui de recroiser le chemin de ce secteur. J’ai accompagné l’école au Salon du Bourget l’année dernière et assisté à une visioconférence avec l’astronaute français Thomas Pesquet. J’ai retrouvé la même excitation que lorsque j’étais allée au National Space and Air Museum à Washington DC pour la première fois en 3ème puis en 2009 quand j’ai visité la grande annexe au Steven F. Udvar-Hazy Center d’où sont issues mes photos de cet article.

Pour en revenir au film, l’espace est quelque chose de fascinant, et je me demande comment on peut revenir indemne psychologiquement d’un tel voyage…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE