Les 10 et 11 octobre se tenait We Do BD, anciennement appelé Festiblog BD.
C’était un peu étrange d’être là pour fêter les 10 ans du festival. Je me souviens de l’édition 2006 avec l’étonnante révélation sur l’identité de Maliki, Stéphane qui dédicaçait côte à côte avec Laurel (dont je viens tout juste d’acheter Comme Convenu, l’histoire de son déménagement et de la start-up qu’elle a intégré à San Francisco). Les éditions suivantes étaient autant de rendez-vous pour voir les copains et l’occasion d’avoir un dessin d’une personne que j’aimais bien, collectionnant ainsi quelques portraits.

Certaines choses ont changé… d’autres non. Toujours autant de monde pour Maliki, beaucoup de cheveux colorés, mais ceux de Julie ont disparu. Elle tient désormais Paint Cakes, pâtisserie geek. Je suis assez admirative face à sa détermination et la façon dont elle mène sa marque. (Je vous conseille de lire cet article qui vous donnera une idée de l’intelligence et les efforts dont elle a fait preuve pour lancer son entreprise).

Beaucoup d’animations étaient prévues et il y en avait pour tous les goûts. Je suis allée voir le show le dimanche avec la pétillante Marine Baousson (que je vous encourage d’ailleurs à découvrir sur scène en ce moment tous les mercredis à la Nouvelle Seine), l’inimitable Marion Seclin et Fab de Madmoizelle.

J’en ai aussi profité pour me faire dédicacer la BD de Lucile Gomez « Tout est possible mais rien est sûr« . Avec poésie et détails, cette autofiction révèle les débuts chaotique de Vétille à la sortie de ses études d’art : comment concilier recherche de travail dans l’illustration, boulot alimentaire pour payer le loyer et principes idéaux qu’elle partage avec son petit copain – qu’on détestera de plus en plus au fil des pages. Sa conscience est traduite par un chat noir. Je lui ai alors demandé de me dessiner avec un chat noir, rappelant la mienne.

C’était agréable de rencontrer Lucile et d’échanger quelques mots avec elle. Quand elle m’a demandé si je dessinais, cela m’a surprise – à la réflexion c’était normal au vue du contexte – et m’a renvoyé à mon année d’étude d’art lointaine. Elle vit aujourd’hui au Pays-Basque, mais m’a assuré que son copain de l’époque lui, vit toujours dans un camion. C’était marrant de connaître cette anecdote.

Outre le style que j’aime beaucoup, le propos ne se cantonne finalement pas à l’après études. Il y a toujours des moments dans la vie où on se pose des questions par rapport à ces problématiques que sont les envies, l’argent, le boulot… Je vous le conseille.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 Commentaires

  • Bonjour, En passant sur ton article, j’ai accroché sur le titre de la BD : « Tout est possible, mais rien n’est sûr. » Le scenrio me rapelle aussi mes lointaines années passées brièvement en art avant de bifurquer ailleurs…. les choix de vie….

  • J’ai beaucoup beaucoup aimé la bd de Lucille Gomez aussi, tu as raison ça parle au final de tous ces moments de changements dans la vie et de comment on les passe !

  • @Natacha : tu as bifurqué oùùù ? :)

  • @Mzelle Fraise : <3

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE