A 35 ans, il arrive, Ben Mazué, après l’affirmation de ses 33 ans décrivant les âges de la vie et Bérengère Krief en première partie, présentant bien plus de similitudes qu’il n’y paraît.

« Qu’est-ce que je ferai quand je serai grand ? »

Diplômé de médecine, cet auteur-compositeur-interprète se pose encore la question. Qu’importe la compétence, seul compte l’envie. Celle de réaliser un film. Alors pourquoi pas monter sur scène pour raconter cette histoire… SON histoire. S’en servir pour raconter l’émotion. L’universel. Toute ressemblance avec des faits réels assure des points communs, résolument humains.

Mi stand-up triste, mi comédie musicale. Mise en abyme, pour s’offrir le succès de 5 Bercy sous couvert d’un Trianon enthousiaste, entre émotion et éclats de rire. Comme cette gloire aux aînés, ces frères et soeurs qui acceptent de tout partager avec un inconnu et de s’en réjouir.

La Princesse et le Dictateur - le titre du film – commence.

L’histoire de Vincent et Romy, en couple depuis 10 ans, qui décident de fêter leur anniversaire dans la maison rouge familiale. Cette maison qui a abrité tant de souvenirs et qui sera vendue suite au décès de sa mère. Une dernière soirée pour dire au revoir à ce lieu chargé de souvenirs. Une page qui se tourne pour continuer à vivre.

Cette vie qui continue avec son lot d’incertitudes et de surprises. Comment consoler une grande soeur, son édifice, qui s’effondre ? L’envie qui s’étiole malgré les victoires… Comment lui insuffler l’envie de continuer et tenir encore ?

Le soir venu, au milieu de tous ces gens, célébrer l’amour. A cette femme qu’il chérit comme un souvenir au présent. Déclarer sa flamme à l’élégante femme idéale. Surchargée par la naissance et ses nouvelles fonctions. Usée des soirées « chacun son tour ». Cette femme modèle #JeSuisCorinne décrite auparavant par Bérengère Krief, s’accordant tous deux pour dire qu’on s’oublie avec le temps… Il n’est pas question de mensonge, d’enjolivement de la réalité, les sentiments sont là, entre désirs alternés, attentes, disputes, correspondances textuelles…
A la réponse, peut-on ranimer un amour ? Ben Mazué clame un grand oui ! « Même si on doute, si on tangue, même si c’est très loin d’être ce qu’on avait prévu, l’amour, sous bien des formes, vaut le coup d’être vécu. »

Pour la suite, il faudra attendre un peu… le temps qu’il vive.

Ben Mazué s’est essayé à raconter le film de sa vie, samedi soir. J’ai tenté de raconter ce concert mais je ne sais pas vraiment si j’y suis parvenue. Il fallait être là pour le vivre, pour rire à ses blagues, pour être ému par ses mots justes, être happé par l’histoire, être émerveillé par sa voix et sa gestuelle dansante.

Ce concert clôturait une tournée, mais une autre page va s’écrire : celle de La Femme Idéale, son nouvel album qui sortira le 15 Septembre. Ces chansons qu’il nous a présenté avant d’enchaîner avec un top 5 des chansons les plus réclamées… Rappelant l’importance pour un artiste comme lui de la précommande pour se placer à la meilleure place le jour de la sortie et lui assurer un bon démarrage d’album… Finissant par deux rappels… et la reprise de « Love Me, Please Love Me » expliquant pourquoi les artistes font ce métier.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisse un commentaire

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE