Articles de "Musique"

Luciole est une artiste que je suis depuis son premier album. J’avais été chez elle l’année dernière pour un Ce Que j’Aime Chez. L’occasion aussi de revenir sur son joli EP “Et en attendant…”. On avait évoqué à ce moment là l’idée de faire des photos ensemble sur l’attente. Nous les avons finalement réalisé récemment. J’ai hâte de vous les montrer ! En voici un premier avant goût avec cette photo.

Luciole

J’en ai profité pour prendre de ses nouvelles : elle travaille actuellement sur son nouvel album et offre chaque mois une reprise en vidéo avec un autre artiste, Attends-moi(s). Elle sera également sur scène ce mardi 29 avril aux Trois Baudets, et si vous ne l’avez jamais vu, je vous invite vivement à la découvrir : Luciole se métamorphose sur scène et ça a quelque chose de magique. J’en avais déjà parlé ici.

Je lui ai aussi posé cinq questions que je poserai désormais aux artistes que je rencontre. Je me suis aperçue que ce que j’aimais le plus dans les interviews, outre connaître le process de travail et mieux comprendre les oeuvres, c’était écouter les conseils et retours d’expériences. Comme ces phrases positives que je compile dans mon Tumblr. J’espère que ces réponses pourront vous inspirer, vous donner du courage ou vous donneront simplement envie d’en découvrir plus sur l’artiste. J’espère que ce nouveau format d’interview vous plaira.

Quel a été le déclic ?

Je fais de la musique depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. C’était mon activité extra-scolaire depuis l’âge de 5 ans, du piano et du chant. J’ai grandi dedans et fais des projets avec mon école de musique. J’ai aussi toujours aimé écrire. J’ai décidé de tenter ma chance dans l’art et de ne pas suivre le chemin d’études que je m’étais imaginée au moment du bac. J’ai fait un bac L théâtre à Rennes et j’ai eu d’excellentes notes au bac en théâtre. Le jury m’a dit qu’il serait dommage de ne pas continuer et m’a dit d’envisager le conservatoire. Cela a été un premier déclic. Je n’allais peut-être pas être instit comme je l’avais prévu. J’avais quelque chose à tenter.
Le vrai déclic pour l’écriture s’est fait au moment où j’ai découvert le slam, dans un atelier d’écriture au lycée. Cela a été comme une libération. C’était un format beaucoup plus ouvert, il n’y avait pas forcément de rimes ou de couplets et de refrains, c’était complétement éclaté. J’ai beaucoup plus écrit. Ces deux décisions là : écrire davantage via le slam et peut-être faire de la scène mon métier ont contribué ensuite au choix de faire un premier disque, de tout laisser tomber pour aller à Paris deux ans après. J’ai creusé mon trou dans ce milieu là qui n’était pas encore très développé à l’époque. Grand Corps Malade n’était pas encore connu. De fil en aiguille… il y a eu plusieurs déclics pour en arriver là.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sophie Maurin

Je vous ai déjà parlé de Sophie Maurin, l’artiste que j’ai le plaisir de parrainer cette année avec le Fair. J’avais envie de faire une séance photo en mettant vraiment en scène ce que m’inspirait sa musique, tout en laissant une part de spontané. Quand j’ai proposé cela, je ne savais pas qu’elle-même était amatrice de photographie. Elle s’est prêtée au jeu et on a partagé un chouette moment.

J’ai essayé de traduire au mieux sa musique en images selon mon interprétation. J’ai voulu donné une ambiance enfantine, joueuse et parfois mystique ; le tout dans un cadre naturel, rappelant le champ lexical qu’elle emploie souvent avec les colonnes de Buren en clin d’oeil graphique noir et blanc, rappelant les touches de piano.

On vous réserve quelques autres surprises avec Sophie sur le blog… En attendant, elle sera ce week-end au Printemps de Bourges.

Sophie Maurin

Sophie Maurin

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Affiche de Musiq'O'Lycée

C’est grâce au Blog de la Blonde si j’ai été embarquée dans l’aventure Musiq’O'Lycée. Ce dispositif unique en France permet aux élèves du lycée Jean-François Cail de Chef Boutonne dans les Deux-Sévres de côtoyer des musiciens pendant une semaine.

Au programme : création de chansons, concert des groupes, production d’un clip, concours de Air Guitar pour cette édition et concert de clôture où les élèves montent sur scène pour jouer les productions réalisées. Cette initiative a vu le jour grâce à deux enseignants passionnés qui avaient envie de faire découvrir la culture à leurs élèves et les faire travailler autrement.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ben Mazué en concert aux Trois Baudets

Découvrir un artiste sur scène est toujours un moment particulier. L’attention est différente et la prestation live montre une autre facette du chanteur. En général, il faut quelques morceaux pour se mettre dedans. Parfois, on tombe sur un titre qui nous serre le coeur et qui nous éprend l’âme. Cela avait été le cas avec Je Regrette la dernière fois que j’avais vu jouer Ben Mazué lors de la soirée No Site. Je n’avais pas cependant pas tellement accroché au reste de son répertoire. Ce soir, c’était différent.

Dès son apparition, il s’est passé quelque chose. Ben Mazué était seul, avec sa guitare pour nous présenter des chansons de son futur album « 33 ans ». Il a commencé par parler de sa musique, simplement, pour introduire son set. Il nous a confié sa volonté d’être en osmose avec son public et même éventuellement d’arriver à nous faire pleurer. Il y est arrivé ce soir par sa chanson sur le deuil. Avec ses mots à lui, il a traduit l’absence, ses pages qu’on écrit pour garder le contact interrompu et comment on voit le visage disparu au détour des virages de la vie. Ben Mazué a les mots justes et décrit simplement mais efficacement des moments de nos vies.

Ainsi tour à tour, en chanson ou en slamant, il décrit les âges. Le mec de 25 ans qui drague en soirée, cette fille de 35 ans qui marche pensive à sa vie qui n’évolue pas comme elle voudrait, le « vieux » de 73 ans qui fait la morale aux jeunes et l’émouvante première fois de cette fille de 14 ans presque 15. Ils auront tous défilé ce soir, prenant vie sous nos yeux par l’authenticité des textes qui résonnaient.

Ben Mazué a aussi évoqué sa vie partagée avec un petit bonhomme et l’usure de l’amour. Ses textos enflammés qui font place aux textos pragmatiques des courses. Oui mais voilà, ces couples qui perdurent, qui tiennent, il y a quand même quelque chose de beau. Un hommage rendu, comme celui à la chanteuse Anne Sylvestre dont il a choisi de reprendre Les Gens qui Doutent. Quelques vieux rendez vous ont retenti pour clore le concert : La Valse et Confessions d’un Rap Addict.

Un concert bien trop court qui m’a touché de bout en bout. Éprise par les textes et par la voix folk de Ben Mazué quand il se met à chanter en anglais. Si tout cela avait un goût de trop peu, je me dis que le meilleur est à venir puisque l’album n’est même pas encore sorti. C’est sûr, je vous en reparlerai.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pas mal de vidéos m’ont marquée ces dernières semaines.

D’abord gros coup de coeur pour la chanson Jour 1 composé par Patxi pour Louane (ayant participée à The Voice). J’ai de suite adhéré au texte, à l’interprétation et à la fraîcheur qui se dégage de la chanson et du clip. Il y a comme un petit parfum de Margaux Avril, avec la poésie de Christine and The Queens, qui elle aussi compte les jours dans une relation amoureuse. On se souvient de Nuit 17 à 52.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pas facile de juger un album en une seule écoute. J’ai pourtant eu la chance hier d’être invitée pour découvrir le nouvel album de Kyo « L’Equilibre » lors d’une écoute privée organisée pour leur grand retour. 10 ans. La question brûlait sur toutes les lèvres. Je me souviens qu’en 2003, Le Chemin et Dernière Danse résonnaient sur ma vie, comme ces chansons qui marquent une période. Je finissais mes études et on m’avait offert le CD de Kyo pour mon anniversaire. A l’époque où offrir un CD se faisait encore. J’ai l’impression d’avoir fait un bon dans le futur. Loin de ma province lyonnaise.

On était tous réuni au Yoyo pour entendre ce nouveau son. Lumière tamisée, Y géant sur scène avec projection des photos des membres du groupe et animations faisant écho aux chansons tantôt flammes, villes ou guitares et extraits de clips.
Je n’ai pas été déçue. On retrouve bien les mélodies soignées, les textes qui montent en intensité. Les arrangements sont tantôt rock, avec plus de rythmiques présentes, plus légers, doux, répétitifs ou avec des claviers.  J’ai préféré les chansons Poupées Russes, Nuits Blanches, XY, La Route, une balade  émouvante chantée par Flo. Le champ lexical de Kyo n’a pas changé, il s’agit toujours d’amour, de mort, d’accomplissement personnel, d’enfermement, entre passé et futur, de désir.

J’ai hâte d’être à lundi pour réécouter l’album afin d’en percevoir mieux les subtilités (bon en fait on peut l’écouter sur LeParisien.fr dès aujourd’hui). En attendant, j’ai eu envie d’essayer un nouveau format. Vous proposez ce que j’ai pensé de l’album en images. Voici les visuels que m’ont évoquées cette première écoute. J’espère que ça vous plaira. Vous retrouverez l’intégralité des images sur mon moodboard Pinterest.

Crédits photos : Gilles Alonso / Kurt Iswarienko / Craig McDean / Michele Bloch Stuckens /Thomas Lavelle / Zuza Krajewska & Bartek Wieczorek

joseph gordon levitt

photo par Gilles Alonso

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeanne Cherhal

A l’occasion de la sortie du nouvel album « Histoires de J. » de Jeanne Cherhal ce lundi 10 mars, j’ai été conviée à une masterclass dans une ambiance intimiste. Quelques blogueurs, une ancienne élève du conservatoire, nous voilà réunis dans un studio d’enregistrement pour écouter Jeanne parler de la genèse de cet album, nous jouer quelques morceaux et nous apprendre quelques notes de piano.

Jeanne Cherhal m'apprend quelques notes au piano

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il y a quelques mois quand j’ai vu le clip Taxi de Laurent Lamarca, cela m’a semblé une évidence. J’ai de suite pensé à la chanson efficace de Loane, Boby, et son gimmick « et les taxis roulent ».
J’ai alors imaginé des photos de Loane et Laurent Lamarca dans une ambiance urbaine, jamais très loin des taxis.

Ils ont accepté de poser ensemble pour réaliser mon idée un peu folle. On a donc déambulé un soir, dans Paris, sur les lieux que j’avais repéré. C’était la première fois que je devais diriger deux artistes. Quelques directives et beaucoup de spontanéité ont donné ces clichés. Souvenirs d’une belle soirée.

Merci à eux de s’être prêté au jeu, à Audrey et Benoît pour leur collaboration.

Loane et Laurent Lamarca

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le premier album de Lindsey Stirling sortira en version physique le 24 février prochain. Cette violoniste américaine, qui n’avait pas rencontré le succès suite à son passage dans l’émission télé America’s Got Talent, s’est finalement fait remarquer dans le monde entier grâce à ses vidéos youtube. C’est sa collaboration avec le vidéaste Devin Graham qui a lancé la machine. Des vidéos avec des paysages magnifiques, des reprises de musiques de films ou de jeux vidéo en costumes. Lindsey Stirling a su imposé sa patte : violon, dubstep et danse sans avoir à faire de choix. J’ai de suite eu le coup de foudre. Il faut dire que depuis que j’ai vu Alexander Rybak à l’Eurovision, j’ai une affection particulière pour le violon.
Lors de sa venue en France pour sa promo (et son passage dans Le Before), j’ai eu la chance de la rencontrer au moderne Streets Hotel. J’en ai profité pour en savoir un peu plus sur elle et ses habitudes de voyage.

Petite, tu as dû choisir entre les cours de danse et les cours de violon. Est-ce que tu prends des cours de danse maintenant ?

Je suis autodidacte, j’ai appris en regardant les autres et en dansant devant des tutoriels sur Youtube. Depuis deux mois, j’ai commencé à prendre des cours et j’adore ça. Danser fait parti de ce que je fais, alors je me suis dit, pourquoi ne pas être réellement bonne à ça ?

Tu as participé à Just Dance 4. Peux-tu m’en dire plus sur cette expérience ?

Je me suis bien amusée. J’ai toujours aimé le jeu et j’ai joué avec le nouveau plusieurs fois. J’ai ainsi choisi des mouvements que j’ai reproduit avec le violon. Les danseurs derrière moi ont suivi. C’était sympa de jouer, de porter ces costumes et danser.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je vous ai parlé récemment de mon coup de coeur pour l’adaptation de 9 Crimes de Damien Rice par Julien Estival en duo avec Morgane Imbeaud, la chanteuse de Cocoon. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé cet auteur compositeur, anciennement prénommé Sam, un personnage auto-fictif charmeur et plaisantin - déjà interviewé ici. J’avais été séduite par ses rythmes, son élégance et son aisance sur scène.

Julien Estival revient aujourd’hui, sous son vrai nom pour plus d’authenticité, et chez Polydor, après deux albums auto-produits. Il livre un album plus personnel, intitulé “La Vie Promise”, toujours avec des mélodies soignées et des textes poétiques tout en retenue.

Julien Estival aime la littérature et est venu à la chanson en rapprochant son amour pour la poésie et la composition de musiques instrumentales. J’ai donc voulu réalisé cette interview et photos au Merci Used Book Café. L’occasion de revenir sur son travail et sa philosophie de la vie avant son concert au Divan du Monde le 17 décembre.

Portrait de Julien Estival

Dans ton album, le thème de l’espoir ainsi que la notion d’ailleurs sont très présents.

L’espoir est ce qui fait de nous des êtres vivants. Sans cela, il ne reste plus rien. Dans les chansons La Vie Promise et L’Envol, je parle de l’espoir de jours meilleurs. C’est ce qui est le plus partagé par l’espèce humaine : la volonté de vivre des jours meilleurs, tenir debout malgré tout ce qui nous entoure, le climat social, politique et sombre dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pages :«12345678...22»

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE