Articles de "Inspirations culturelles"

Samedi dernier, je suis allée à un atelier sur le bonheur. La veille pourtant, sur grand écran, l’Amour Dure Trois Ans affirmait « Le bonheur n’existe pas ». Alors, oui, l’illusion du bonheur, cet état constant, auquel on arriverait un beau jour comme par magie, n’existe sans doute pas. Heureusement pour nous, il existe autre chose. Des petites joies à savourer chaque jour, et des façons de s’alléger le quotidien pour faire en sorte d’être bien, tout simplement.

C’est autour de cette idée que nous nous sommes réunis samedi pour cet atelier animé par l’enthousiaste Florence Servan-Schreiber, auteur de 3 Kifs Par Jour. Le but était de dégager nos résolutions de 2012, pour qu’elles soient réellement en adéquation avec nous-même et d’apprendre quelques « astuces » pour rendre cette année plus douce.
Trois heures durant, nous avons réfléchi à l’année écoulée, nous nous sommes projeté dans l’avenir et nous avons appris comment être optimiste et gentil avec les autres pouvaient nous aider à être plus heureux.

Le premier exercice consistait à déterminer ce qui nous a rendu le plus heureux en 2011. Les uns après les autres nous avons dit, tout haut, ce qui nous avait fait le plus vibrer. J’ai été surprise de constater que les bonheurs des uns et des autres étaient bien différents. Pour certains, c’était des choses qu’ils avaient vécu eux-même : un voyage, un mariage ou des victoires professionnelles. Tandis que d’autres se réjouissaient de l’avancement de leurs proches, comme cette mère qui était contente d’avoir aider sa fille à avoir son diplôme.

C’était agréable d’être dans cette atmosphère positive, où chacun était là pour écouter, apprendre, ouvert au développement personnel. Rien que par cette bonne énergie, je me sentais transportée. On était loin du jugement et du regard septique que certaines personnes peuvent avoir parfois. On a expérimenté certains exercices, sans rechigner. On s’est tourné les uns vers les autres pour dire une chose gentille, en un regard. Et on s’est écrit une lettre à nous-même, qu’on recevra en 2013 !

J’en suis sortie apaisée, comme après un cours de yoga. Bien dans mes baskets. Des choses me sont apparues de manière évidente et indispensable, je me suis alors dit qu’il fallait que je mette tout en oeuvre pour qu’elles se réalisent cette année. Et d’autres m’ont parues plus floues, peut-être ai-je besoin de creuser pour que cela devienne plus clair. J’ai aussi appris à être moins exigeante envers moi-même et bienveillante, m’apercevant aussi qu’on endossait tous beaucoup de rôles à la fois : boulot, passions, amis, famille… Cet équilibre se travaille aussi, et pour l’instant j’y arrive plutôt bien. Donc, pas de raison de s’accabler… Restons optimiste, puisque parait-il, cela rend heureux !

Je finirais sur deux citations du cours que j’ai particulièrement aimé :
 » Ce n’est pas le succès qui provoque le bonheur, mais le bonheur qui attire le succès » Pr Shawn Achor
 » Everything will be okay in the end. If it’s not okay, it’s not the end.  »

Si vous voulez en savoir plus, Florence Servan-Schreiber a livré ses impressions après le cours sur son blog et organisera prochainement, d’autres ateliers.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parfois, on reste vierge longtemps sur certains domaines. C’était le cas pour moi avec les zombies, avant la soirée INPEZ du 5 janvier dernier.

Il y a un mois, j’ai reçu une lettre assez énigmatique, effrayante même. J’ai alors retourné l’enveloppe dans tous les sens, me demandant qui avait bien pu m’envoyer ça. C’était bien fait et çà avait l’air sérieux, mais il y avait un je ne sais quoi de louche. J’ai finalement regardé avec attention le logo de l’expéditeur : INPEZ (Institut National de Prévention et d’Éducation contre les Zombies).

Plus de doute possible, c’était sans doute pour la promotion d’une série télé sur les zombies. Je me suis alors détendue, jusqu’au mail qui nous a invité à la conférence, nous informant qu’ils allaient nous accueillir en blouses blanches. J’ai recommencé à trembler.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dans une période où les films sont de plus en plus tirés d’histoires vraies ou de livres, il est agréable de voir une création originale, surtout quand celle-ci est orchestrée par Mélanie Laurent. Ce n’est plus un secret pour personne, j’ai eu cette année un grand coup de coeur pour Mélanie Laurent, pour ses chansons très personnelles d’abord et ensuite pour les deux derniers films dans lesquels elle a joué : The Beginners et Et Soudain Tout le Monde me Manque. J’avais hâte de découvrir le film Les Adoptés, qu’elle a réalisé et co-écrit. Chose faite grâce à une avant première.

Je suis ressortie de là sous le choc. Un peu sonnée par les émotions fortes que je venais de vivre. Car oui, Les Adoptés, ce n’est pas tant l’histoire qui importe mais plutôt le condensé de sentiments pêle-mêle qui en ressort. Une histoire d’amour naissante, avec une scène de sexe où l’on suggère (enfin) l’utilisation du préservatif, avec ses doutes, ses moments de confidence, ses déclarations… Et puis survient le coma d »une des protagonistes principales du film. On ressent alors le manque. Des nouveaux liens entre les personnages se créent pour mieux combler l’absence. On accompagne véritablement les personnages dans ce moment douloureux, avec leurs façons différentes de réagir à l’évènement. Je vous rassure, on sourit aussi… Ce film est un concentré de vie, tout simplement, avec ces drames et ces réalités.

Il n’y a pas de petites scènes ou de petits dialogues. Ce sont les moments forts d’une ou plusieurs vies présentés ici, et de quelle façon… La réalisation est sublime. Chaque image pourrait être une photo. La disposition des personnages dans le champ renforce le ressenti. Je pense notamment à ce plan du petit Léo, tout petit dans sa chambre, avec cet énorme papier peint rempli de dinosaures… Les plans sont remarquablement étudiés. Des moments sont imbriqués dans d’autres plus grands, comme des sortes de petits clips. Il y a aussi beaucoup de flous, toujours par souci d’être au plus prêt des émotions… Un style unique et particulier qui interroge parfois, et conquis également. J’avoue avoir envie de revoir le film uniquement pour apprécier l’esthétique une seconde fois… Le film a été filmé à Lyon, on devine les traboules et le Parc de la Tête d’Or. Pourtant, le lieu reste discret. Une volonté de rester dans l’anonyme, pour mettre en valeur ce qui est réellement important.

Voilà… Même si j’ai pu être déstabilisée par certains éléments de l’histoire (cela ne restera pas mon film préféré), l’ensemble m’a plu. Cela restera un film poignant aux images magnifiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est à l’occasion de la rencontre régionale du Prix Goncourt des Lycéens 2011 se déroulant à Paris le mois dernier, que j’ai eu l’opportunité d’interviewer David Foenkinos, nominé avec son roman Les Souvenirs. Un roman qui m’a beaucoup émue. Il n’est pas facile de parler de la vieillesse de nos proches, et David Foenkinos y est très bien parvenu, en ne négligeant aucun aspect des sentiments que cela peut engendrer en nous : tristesse, culpabilité, lourdeur de certains instants, le bonheur d’autres… L’écrivain a également traité plus largement le thème des souvenirs sous toutes ces formes.

Rencontre avec cet auteur que j’aime particulièrement. Nous sommes revenus sur certains détails du roman, et également sur son expérience du tournage de La Délicatesse, actualité oblige !

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Attention spoilers ! (surtout dans la vidéo)

Au commencement de Drive, on se demande « C’est quoi cette police rose immonde livrée de base avec Photoshop ? Genre, ils n’avaient plus de budget pour en trouver une mieux ? »

Et puis, au fil du film on comprend. C’est kitch, ça rappelle les années 80s. Exactement comme la musique bourrée de synthé (je vais pas me plaindre j’adore çà !).

J’ai vraiment aimé la première partie du film. Les lenteurs. Les intentions. Là où le film ne raconte pas, où tout est dans le non dit et l’observation. L’image, plus que le dialogue. J’adore ce genre de scènes. Le début est exceptionnel pour çà. Après il y a la surprise. Puis le grand n’importe quoi, qui fait tout de même sourire. Entre alors en scène la veste argentée au scorpion doré. Kitsch à souhait elle aussi. Mais tout passe, surtout quand on comprend que notre driver la mettra coûte que coûte.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si comme moi tu es passé à côté du phénomène qui sévit chez les plus geek d’entre nous depuis deux ans, il n’est pas trop tard pour y remédier.

Le Visiteur du Futur est une websérie de deux saisons, diffusée également sur No Life, narrant les aventures du visiteur mettant en garde Raph sur les répercutions de ses actions sur le futur. Les personnages sont aussi drôles qu’attachants et l’histoire se complexifie au fil des épisodes. D’environ trois minutes chacun, ils se rallongent un peu par la suite. Un format court qui se consomme sans modération.

Sache que l’équipe a bon goût. Le réalisateur est fan de Battlestar Galactica comme en témoigne ce podcast. Et mon petit doigt me dit que la présence d’une tasse Merlotte’s (True Blood) dans un épisode ne doit pas être fortuite.

Le sosie de James Van Der Beek (mais si tu sais, l’acteur qui jouait Dawson) joue aussi dans la série. La preuve.

Si après tout cela, tu n’es toujours pas convaincu, le mieux serait encore de te faire une idée par toi même :
www.levisiteurdufutur.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

The Beginners m’a bouleversé. Le réalisateur Mike Mills a mis beaucoup de lui dans ce film et cela se sent. Il faut avoir vécu certaines choses pour arriver à le retranscrire aussi bien. C’est d’ailleurs ses propres illustrations que l’on voit dans l’histoire.
Ce long métrage m’a donné envie de m’acheter une robe rouge et m’a inspiré quelques lignes que voici.

L’enfance. Les parents. Les observer. Les croyances. Grandir. Laisser tomber la magie. Percevoir leurs propres visions de la vie. Les époques étaient différentes. Leurs choix aussi. Les comprendre. Faire face à cette nouvelle réalité. Ré-apprendre nous aussi. Ne pas avoir peur. Ne pas idéaliser. Laisser venir. Laisser couler. Avoir espoir. Construire. Rencontrer. Faire connaissance. Rire. Jouer. Echo de l’enfance. Echo du manque. Les peurs. Les joies. Les doutes. L’attachement. Un renouveau.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce film est un peu la version longue du clip Bad Day de Daniel Powter, Buenos Aires en plus, avec un goût de 500 Days of Summer pour les dessins de la ville, le temps qui passe et l’espoir d’un après. Les deux héros ont en commun la solitude et leur quartier. Mariana est architecte, mais conçoit des vitrines en attendant mieux, et Martin, webmaster freelance à domicile, accuse les architectes de tous les maux citadins.
On observe leurs vies simples et parallèles. On suit leur quotidien vide, en quête d’amour, ou dans le désir d’être moins seul, ils tombent sur des rencontres palliatives et qui ne leurs correspondent finalement pas. Mais comme le dit la chanson du film « True love will find you in the end ».

Un film plein de poésie, qui rend soudainement notre quotidien morne un peu magique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Toutes les deux sont blondes et comiques. Caroline a intitulé son spectacle « Caroline Vigneaux quitte la robe », joué actuellement au Théâtre du Temple. Bérengère, elle, se déshabille vraiment sur scène au Point Virgule (elle ne recule devant rien pour attirer les messieurs, le public féminin étant déjà largement au rendez-vous) .
Si leurs one women shows sont différents, lors d’un sketch, elles se retrouvent toutes les deux en boite de nuit : Bérengère pour observer son super héro du quotidien mis en proie aux tentations féminines, victime de sa kryptonique, le rhum coca, tandis que Caroline tente de pécho en buvant de l’eau d’une manière très sensuelle. L’une et l’autre se moquent ouvertement du caractère primitif des garçons, pour notre plus grand plaisir, éclats de rire garantis !

Bérengère Krief m’a fait pleurer de rire du début à la fin de son spectacle. Je ne me lasse déjà pas de voir en vidéos ses deux sketchs : Cours de Répartie Anti-Relous (que j’essaye d’appliquer vainement tous les jours) et Dessinons la Mode, ou comment se sentir moins seule le matin devant son miroir quand on sait pas quoi se mettre. Si vous êtes une fille, que vous surfez sur facebook et qu’accessoirement vous aimez certains programmes d’M6 : foncez, ce spectacle est pour vous !

Avant d’être comique, Caroline Vigneaux était avocate. Elle a quitté la robe 7 ans après pour se lancer dans cette folle aventure. Si on la sent un peu réservée au début du spectacle, elle mime petit à petit des personnages plus fous les uns que les autres, avec un art de la grimace plutôt développé. J’ai bien ri, surtout lors de ses nombreuses interventions musicales. C’est vrai que dans ces moments là, on se demande vraiment pourquoi elle n’a pas fait chanteuse ! Un petit conseil : éteignez bien vos portables pendant le spectacle, sinon Caroline vous le fera remarqué d’une manière plutôt originale… vous verrez !

Astuce : les billets sont moins chers sur billetreduc.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aimer sa vie, positiver sans nier la réalité, profiter de son maintenant sont les sujets du nouveau livre de Florence Servan Schreiber. « 3 Kifs Par Jour » ou comment composer sa vie en couleurs. Ce condensé de conseils et d’expériences sort le 16 février. En attendant, je vous invite à aller faire un tour sur son blog. J’ai eu l’opportunité de participer au projet puisque j’ai customisé le site www.3kifsparjour.com.

Je vous laisse découvrir le concept en vidéo :



Rendez-vous sur Hellocoton !
Pages :«1234567»

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE