Articles taggué " centre pompidou"

Cela fait longtemps que je n’ai pas pris le temps de partager avec vous mes impressions sur une exposition. Je crois que la dernière fois c’était pour Kandinsky au Centre Pompidou, c’est dire si cela remonte ! Je me suis aperçue de cela lors du podcast de Nawaak sur la photo. Pourtant, à chaque expo, je prends des notes, j’apprends, je ressens. Cela me nourrit chaque fois un peu plus. J’adore explorer la philosophie de chaque photographe. Il y a autant de visions de cette discipline que de gens qui la pratiquent.

Aujourd’hui, je voulais donc partager avec vous les enseignements qu’on peut tirer suite à la visite de la rétrospective du photographe Henri Cartier-Bresson au Centre Pompidou. L’exposition commence avec sa biographie. Plus je lisais, plus j’étais impressionnée par cette vie jalonnée de rencontres intéressantes, de voyages incroyables et de grands faits historiques.


collage Pour l’amour et contre le travail industriel (1931).

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est en discutant avec les blogueurs avec qui je suis partie à Bruxelles ce week end, à la rencontre de Jali (on en reparlera), que je me suis aperçue à quel point j’attendais beaucoup d’un clip, et que ce n’est pas le cas de tout le monde. Il faut dire que le format concilie tout ce que j’aime : images et musique. Je donne beaucoup d’importance aux possibilités ainsi offertes : illustration en vidéo d’une chanson, un message, une poésie. Tout est permis. C’est bien plus qu’un simple format promotionnel pour moi.

Ca fait quelques temps que je n’ai pas fait de sélections… alors séance rattrapage.

Brigitte – Oh la la
Ce que j’aime : Pas de scenario précis mais une mise en scène des deux personnages dans une vie fictive à la Thema et Louise. Des images soignées et réussies aux États Unis, une épopée américaine, avec des tenues changeantes, des perruques, des multitudes d’endroits, des sourires, des moments simples, des pleurs… Un tatou sur la nuque rappelant le B de leur pochette cd. On ne s’ennuie pas et c’est tout à fait dans l’esprit de Brigitte. Leur meilleur clip à ce jour à mon sens.

Fortune – Under The Sun
Ce que j’aime : Ce sont des fragments de vie. La naissance d’une chanson. L’aube d’une nuit passée ensemble. Pas besoin de grands discours ou de grandes mises en scène. Simplement des images qui se succèdent. Depuis, qui n’a jamais écrit sur la nappe en papier d’un restaurant ?

Antoine Leonpaul – Oh Claire
Ce que j’aime : Les images pastelles. Le côté onirique avec les nuages, les rubans, les téléphones qui pendent… la penderie improvisée… le côté cendrillon avec les chaussures à la fin. Le jeu d’Antoine Leonpaul toujours à la bordure entre le côté jeune premier et humoristique, le côté sage et l’envers coquin.

Loane – Rien de Commun
Ce que j’aime : Le clip respecte totalement l’esprit de l’album et de la chanson, je crois que cela aurait été difficile de faire mieux. Le côté années 80s, les quadrillages et superpositions rythmés… Le côté « vie de nuit » de l’album est bien illustré grâce aux images devant le miroir, la tenue de soirée, le métro, le soleil levant ou couchant… Comme le lendemain d’une soirée où il faut rentrer… Très réussi !

En vrac :
Mélanie Laurent – Kiss
Après En t’Attendant pour lequel j’avais eu un véritable coup de coeur, j’allais forcément être un peu déçue par le prochain clip de Mélanie Laurent. Le principe de Kiss est bien pensé, mais je trouve qu’il ne colle pas à 100% à la chanson et le côté potes qui s’amusent ne m’a pas forcément convaincu.
Après cela reste un bon clip : les décors pastels sont sublimes, le clip a été tourné dans l’Usine de Films Amateurs de Michel Gondry et je suis contente de la présence des musiciens avec qui Mélanie Laurent partage la scène.

Interview de Mélanie Laurent
Ce condensé de 5 minutes donne un bel aperçu de l’actrice, pleine de mimiques adorables et d’anecdotes, de sa préférence à la réalisation, et de son impression pour le rôle de l’excellent Et Soudain Tout le Monde me manque. De quoi attirer, je l’espère la sympathie des plus septiques.

Julien Doré – Kiss Me Forever en acoustique
Quand Julien Doré avait interprété cette version lors de son concert privé orange au Trianon, j’étais en apnée. Comment un artiste peut lui même faire une reprise de son propre titre, actuellement en single ?! Exit la version rythmée, c’est une version douce qu’il nous a offert, donnant une autre dimension à la chanson alors plus douce. Cette version m’a littéralement conquise, fascinée et enivrée. L’effet Julien Doré pour résumer !

La publicité Evolution of Style avec la musique Somebody New de The Amplifetes
Parce que c’est la première publicité Youtube qui m’a stoché et que j’ai regardé en entier, j’adore le changement des looks, la musique efficace. Bref j’en redemande !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si l’architecture du Centre Pompidou de Paris me laisse plutôt sans voix, je suis tombée amoureuse du Centre Pompidou de Metz. Le week-end de son ouverture, c’était l’évènement à ne pas manquer dans la ville. Si j’ai pu m’en approcher, je ne suis pas allée visiter, il y avait trop de monde…

Le sol entourant le Centre Pompidou est incrusté de morceaux de verres.

C’est assez marrant de voir les gens vus de ces espèces de véranda. Je me demande quelle est la vue là-haut…

Réalisé par un architecte japonais, Shigeru Ban, il est à mon sens un croisement entre la maison des Schtroumpf et les maisons californiennes des années 70s.

The Nightingale House à Los Angeles

Cela m’a d’ailleurs donné envie de feuilleter le bouquin « Modern California Houses 1940-1970 »

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai pu aller de justesse à l’exposition Kandinsky qui se tenait au Centre Pompidou. ( L’occasion également de découvrir la superbe vue du 6ème étage et de faire quelques emplettes à la papeterie ! ) J’ai été fascinée par la vie remplie de l’artiste : entre voyages, début de carrière artistique tardive, enseignement, exploration de la figuration, écriture d’ouvrages… Et littéralement scotchée devant certains tableaux. La révélation a eu lieu devant Impression (Sunday) – impossible de le retrouver sur le net – mais le plus connu Impression lll (Concert) relate la même sensibilité. Le sujet est abstrait, figuré mais reconnaissable : un piano, la foule. Et pis cette impression de l’artiste omniprésente par les couleurs, les mouvements… J’arrive à ressentir ce que l’artiste a du ressentir à ce moment précis, je ne vois pas seulement ce qu’il a vu, mais je le ressens. Je ne pensais pas qu’une oeuvre visuelle puisse engendrer une telle émotion.

Un autre tableau qui m’a marqué : Moscou I. Tellement de vie, de mouvements, de détails. La ville est magnifiquement représentée, on voit même le cimetière, comme si aucun aspect de la ville n’avait été oublié. Des esquisses préalables au tableau étaient également exposées, simplement admirable.

Pour en savoir plus :
> l’expo en vidéo (8min), un bel aperçu

> le dossier pédagogique du Centre Pompidou

Rendez-vous sur Hellocoton !

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE