Articles taggué " film"


photo de Alice Dadun

Est-il besoin de rappeler mon amour pour Mélanie Laurent ? Tout a commencé par un coup de coeur pour son album En t’attendant. Je m’étais dit qu’une telle sensibilité dans les textes se ressentirait forcément à l’écran. J’avais donc été voir son premier film en tant que réalisatrice Les Adoptés. Respire est son deuxième film et sort en salle le 12 novembre. J’ai pu le voir en avant-première, en présence de Mélanie Laurent et l’actrice Joséphine Japy, ajoutant un regard supplémentaire à ce long-métrage.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Palo Alto ne parle pas de l’amour entre un professeur et son élève. Palo Alto parle de l’âge adolescent et de son errance. De ses parents qui ne nous comprennent pas et qui sont occupés à autres choses. De la pression scolaire. Des devoirs, mais aussi du regard des autres, sanglant à cet âge là. Cette pression qui nous dicte qu’on n’a pas le droit à l’erreur alors même qu’on se cherche. De la compétition sexuelle dûe à la puberté. Ce sexe, drogue et rock’n'roll un poil trop présent dans le film. L’ennui. Ces heures à errer, entre potes ou seul chez soi. Le vide de ce monde sans internet. Des heures entières dans sa chambre, dans son monde, à se vouloir plus fort. Chercher le réconfort dans l’autre et se plier à l’autre parfois pour exister.
Ce rythme contemplatif m’a fait replongé dans les heures de mon adolescence perdue. Cet âge qu’on regrette uniquement pour l’inconscience envolée.

Ce film complète très bien un autre film que j’ai vu récemment States of Grace sur un centre d’ados en difficulté. Je vous encourage à voir ce dernier.Palo Alto est inspirée des nouvelles du même titre écrites par James Franco. Est ce que certains d’entre vous les ont lues ? J’avoue que je suis curieuse maintenant.

Crédit photos : Pathé Distribution

Rendez-vous sur Hellocoton !

Marcher en talons pour une fille, ce n’est pas toujours facile. On a souvent mal aux pieds à la fin de la journée. Alors imaginez courir ! C’est pourtant ce que fait pendant toute une journée l’héroïne du film Blackout TotalWalk of Shame de son titre original. On parlait justement de cette anecdote avec un ami avant qu’on me propose de voir le film en avant-première. Alors j’ai foncé, histoire de me faire un avis et je dois avouer que j’ai passé un bon moment.


crédit photo : Jamie Trueblood

Le pitch ?

Megahn Miles est présentatrice de journal, à la Robin Scherbatsky. Elle aussi vise une promotion. La concurrence est rude et son fiancé vient de la laisser tomber. Ses amies l’invitent à sortir histoire de se changer les idées. Soirée arrosée, réveil le lendemain auprès d’un inconnu. Sa messagerie indique qu’elle a un entretien pour le job de ses rêves le soir, mais c’était sans compter un concours de circonstances qui la propulse à la rue, sans voiture, sans argent et sans téléphone. Pas facile de retrouver son chemin dans de telles conditions… Arrivera-t-elle à l’heure à son rendez-vous ?

Ce que j’en ai pensé  ?

C’est le film de fille parfait .Une pointe de romantisme, des situations comiques qui s’enchaînent. Il ne manque plus qu’une glace Haagen Dazs, ou Ben&Jerry si vous préférez. Seule la fin du film m’a laissée septique.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kiddo, c’est le nom de scène qu’a choisi Anna Chalon. Elle était lundi soir au Zèbre de Belleville pour présenter son premier album « Where to ? », sortant le 1er octobre.

Je vous avais déjà parlé d’Anna Chalon brièvement. À l’époque j’avais eu grand coup de coeur pour sa chanson Run And Hide qui illustrait de film de Zabou Breitman (sa mère) « Je l’Aimais »

Kiddo arrive sur scène en salopette-short, en jean, débardeur blanc et bottines marrons, à l’image de ses photos promo. Des paillettes sur les yeux assorties à la nacre de sa guitare, elle a l’air détendue et contente d’être là.
Elle n’est pas venue seule mais accompagnée de ses 4 musiciens (guitare, basse, clavier et batterie), venus tout droit de New York. La belle a bien grandi depuis ce premier titre et le concert en appartement chez Thien. Après avoir intégré la London Music School et le programme d’été à l’université de Berklee à Boston, elle vit désormais à New York. Ses morceaux présentent toujours la même maturité et on sent sa voix plus maîtrisée.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous voulez en savoir plus sur le regard du photographe Raymond Depardon, auteur de la photo officielle de François Hollande qui a fait coulé tant d’encre cette semaine, je vous conseille d’aller voir Journal de France.

Un film qu’il a co-réalisé avec Claudine Nougaret, collaboratrice de longue date, ayant un amour particulier pour la prise du son direct. Ensemble, ils livrent des archives, des bouts d’histoire, de France et d’ailleurs. Des moments inédits et uniques.

Alors que vous soyez fan de photo ou d’histoire, je vous invite à aller voir Journal de France. 3×2 places sont à gagner, valables partout en France. Sortie du film : le 13 juin.

Pour participer
Rien de plus simple, il suffit de poster un commentaire. Un tirage au sort déterminera les gagnants.

Clôture du jeu : mardi 12 juin à minuit.
Je contacterai les gagnants par mail le 13 juin pour l’envoi des places.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cet hiver, j’avais répondu à un appel de figuration pour un film institutionnel. Motif : promouvoir la nouvelle voiture de Renault. J’avais simplement envoyé une photo, et me voilà embarquée dans l’aventure. Je ne savais pas grand chose du tournage, si ce n’est quelques éléments de la tenue pour s’approcher au mieux du look de hipster parisien.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis allée voir Extrêmement Fort et Incroyablement Près. Je suis ressortie la gorge nouée par ce flot d’émotions qui m’avaient traversées. En fait, ça m’a rappelé des souvenirs. Quand on perd quelqu’un de proche, on a parfois des réactions imprévisibles. On s’accroche à des objets qui nous rapprochent un peu du défunt. Quand en parallèle, d’autres évènements imprévus nous ramènent irrémédiablement à lui. Le tout est superbement réalisé, sur fond du drame du 11 septembre.
Je n’ai pas trop envie de vous raconter le film pour ceux qui ne l’ont pas encore vus. Si à certains moments, on peut être déboussolé par certaines redondances ou la lenteur de l’action, tout se dénoue finalement petit à petit, avec intensité, à avoir le souffle en suspens… Un film bouleversant, qui paraît-il, est inspiré d’un livre qui l’est tout autant, ce qui me donne une grande envie de le feuilleter.

En attendant, cela m’a ramené à cette série de photos que j’avais réalisé un soir de 2009, prêt du Ground Zero, peu de temps après les commémorations du 11 Septembre.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dans une période où les films sont de plus en plus tirés d’histoires vraies ou de livres, il est agréable de voir une création originale, surtout quand celle-ci est orchestrée par Mélanie Laurent. Ce n’est plus un secret pour personne, j’ai eu cette année un grand coup de coeur pour Mélanie Laurent, pour ses chansons très personnelles d’abord et ensuite pour les deux derniers films dans lesquels elle a joué : The Beginners et Et Soudain Tout le Monde me Manque. J’avais hâte de découvrir le film Les Adoptés, qu’elle a réalisé et co-écrit. Chose faite grâce à une avant première.

Je suis ressortie de là sous le choc. Un peu sonnée par les émotions fortes que je venais de vivre. Car oui, Les Adoptés, ce n’est pas tant l’histoire qui importe mais plutôt le condensé de sentiments pêle-mêle qui en ressort. Une histoire d’amour naissante, avec une scène de sexe où l’on suggère (enfin) l’utilisation du préservatif, avec ses doutes, ses moments de confidence, ses déclarations… Et puis survient le coma d »une des protagonistes principales du film. On ressent alors le manque. Des nouveaux liens entre les personnages se créent pour mieux combler l’absence. On accompagne véritablement les personnages dans ce moment douloureux, avec leurs façons différentes de réagir à l’évènement. Je vous rassure, on sourit aussi… Ce film est un concentré de vie, tout simplement, avec ces drames et ces réalités.

Il n’y a pas de petites scènes ou de petits dialogues. Ce sont les moments forts d’une ou plusieurs vies présentés ici, et de quelle façon… La réalisation est sublime. Chaque image pourrait être une photo. La disposition des personnages dans le champ renforce le ressenti. Je pense notamment à ce plan du petit Léo, tout petit dans sa chambre, avec cet énorme papier peint rempli de dinosaures… Les plans sont remarquablement étudiés. Des moments sont imbriqués dans d’autres plus grands, comme des sortes de petits clips. Il y a aussi beaucoup de flous, toujours par souci d’être au plus prêt des émotions… Un style unique et particulier qui interroge parfois, et conquis également. J’avoue avoir envie de revoir le film uniquement pour apprécier l’esthétique une seconde fois… Le film a été filmé à Lyon, on devine les traboules et le Parc de la Tête d’Or. Pourtant, le lieu reste discret. Une volonté de rester dans l’anonyme, pour mettre en valeur ce qui est réellement important.

Voilà… Même si j’ai pu être déstabilisée par certains éléments de l’histoire (cela ne restera pas mon film préféré), l’ensemble m’a plu. Cela restera un film poignant aux images magnifiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Attention spoilers ! (surtout dans la vidéo)

Au commencement de Drive, on se demande « C’est quoi cette police rose immonde livrée de base avec Photoshop ? Genre, ils n’avaient plus de budget pour en trouver une mieux ? »

Et puis, au fil du film on comprend. C’est kitch, ça rappelle les années 80s. Exactement comme la musique bourrée de synthé (je vais pas me plaindre j’adore çà !).

J’ai vraiment aimé la première partie du film. Les lenteurs. Les intentions. Là où le film ne raconte pas, où tout est dans le non dit et l’observation. L’image, plus que le dialogue. J’adore ce genre de scènes. Le début est exceptionnel pour çà. Après il y a la surprise. Puis le grand n’importe quoi, qui fait tout de même sourire. Entre alors en scène la veste argentée au scorpion doré. Kitsch à souhait elle aussi. Mais tout passe, surtout quand on comprend que notre driver la mettra coûte que coûte.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

The Beginners m’a bouleversé. Le réalisateur Mike Mills a mis beaucoup de lui dans ce film et cela se sent. Il faut avoir vécu certaines choses pour arriver à le retranscrire aussi bien. C’est d’ailleurs ses propres illustrations que l’on voit dans l’histoire.
Ce long métrage m’a donné envie de m’acheter une robe rouge et m’a inspiré quelques lignes que voici.

L’enfance. Les parents. Les observer. Les croyances. Grandir. Laisser tomber la magie. Percevoir leurs propres visions de la vie. Les époques étaient différentes. Leurs choix aussi. Les comprendre. Faire face à cette nouvelle réalité. Ré-apprendre nous aussi. Ne pas avoir peur. Ne pas idéaliser. Laisser venir. Laisser couler. Avoir espoir. Construire. Rencontrer. Faire connaissance. Rire. Jouer. Echo de l’enfance. Echo du manque. Les peurs. Les joies. Les doutes. L’attachement. Un renouveau.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pages :12»

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE