Articles taggué " séverin"

La sélection des photos a été difficile, tant j’aime tout chez lui. Une ambiance nostalgique, musicale et funky avec un coin pour écouter les vinyles, des accessoires rappelant les années 80s et toute sorte d’instruments un peu partout. Petit rappel : l’album éponyme de Séverin sort aujourd’hui dans les bacs.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le premier album de Séverin (tout seul) sort enfin aujourd’hui en digital et demain dans les bacs. Après deux albums pop-rock très réussis avec son acolyte Lafayette dans le groupe One-Two et son opus concept « Cheesecake » entouré de quatorze chanteuses, il se met enfin à nu. Ou presque. Ce que j’en ai pensé ? Du bien ! J’ai profité d’une séance de photos pour un Ce Que J’Aime Chez (diffusé demain) pour en savoir plus sur sa genèse.

Au premier abord, plusieurs choses surprennent sur cet album éponyme. Sa pochette d’abord : une photo iphone prise par le chanteur himself. Puis l’écoute des deux premiers morceaux que tout oppose : Dans les Graviers, doux et nostalgique faisant allusion à l’absence et mort de son père puis Sexplication, rythmé et provoquant sur une vie sexuelle en manque de désir. Séverin m’explique alors qu’il veut simplement rester naturel, et montrer toutes les facettes de sa personnalité.

Séverin livre ainsi des textes personnels et ne se cache plus derrière un concept. S’il s’emploie parfois à des exercices de style, cela est toujours basé sur un vécu de prêt ou de loin. Dans La Revanche, il dresse le portrait d’Élise, une pote de lycée qui a du succès dans la musique dont il suit l’évolution descendante. On est en droit de se demander si Élise existe vraiment. « J’ai repensé à ce que les filles du lycée avaient pu devenir. L’histoire s’est fait petit à petit à partir de personnages que j’ai pu rencontré dans ma vie. C’est également ce que certaines personnes ont pu penser de moi quand j’ai commencé. » me confit-il. Séverin m’avoue aussi qu’avec Première Déclaration il a fait sa première chanson d’amour pour une fille, comme l’indique le titre : « C’est toujours plus facile d’être cynique et négatif quand on parle d’amour, je voulais oser faire une chanson positive. »
Dans Les Sirènes, il ne parle pas du succès (j’ai trop écouté Orelsan) mais du monde de l’entreprise : « Je passais les mercredis de mon enfance dans le bureau de mon père à attendre. Je ne viens pas d’un milieu artistique et je trouve le monde du business très dur ».

Des thèmes variés donc, le tout accompagné d’une musicalité fraîche et légère. On retrouve également les titres qu’ils avaient sortis précédemment : En Noir et Blanc et Un Eté Andalou. Séverin a réalisé une partie de l’album seul, enregistrant tous les instruments et morceaux dans son home studio, l’autre moitié étant accompagnée de musiciens, le tout avec l’aide de Julien Delfaud.

Un album que je vous recommande donc. Si vous appréciez le jeune homme, sachez qu’il compose parfois pour d’autres, comme ce fût le cas pour deux chansons de Camélia Jordana . Il a également réalisé l’album de Liza Manili qui sort la semaine prochaine. Leur collaboration a d’ailleurs tellement bien marché qu’il l’accompagne aussi sur scène ! Rendez vous le 14 juin pour un concert au Bus Palladium entouré de guests, et à demain pour un Ce que J’Aime Chez Séverin.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis contente de vous présenter aujourd’hui l’artiste Liza Manili. Ses chansons sont fraîches et acidulées. J’ai eu l’opportunité de la rencontrer au Comptoir Général. J’ai passé un moment sympathique. Il faut avouer que Liza est pleine de pep’s et super agréable à prendre en photo. Pour l’anecdote, j’ai aussi croisé Adelap ce jour là, dont j’aime beaucoup le travail. C’était le bonus de la journée !

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Anciennement membre du groupe One Two, pop rock à la british, Séverin s’est lancé en solo. Il a gardé le goût des mélodies, avec plus de synthé et en français… un peu à la Jacno, personnage qu’il aime d’ailleurs particulièrement. J’avais interviewé Séverin il y a quelques temps à l’occasion de la sortie de son EP « En Noir et Blanc », avec la célèbre phrase de la chanson, « Je connais quelqu’un qui connait quelqu’un d’un petit peu connu ». L’occasion de parler de son amour naissant pour le français, ses influences musicales et du sujet de son album : les impressions d’après rupture et de renaissance…
Son album « L’Amour Triangulaire » vient de sortir cette semaine. L’occasion pour lui de nous recevoir et nous interpréter deux lives, dont l’excellente reprise Come As You Are de Nirvana en français.

Ce que je retiens de Séverin : Simple, Abordable, Passionné

> Interview de Séverin

> En noir et Blanc

> Viens Comme Tu es, reprise de Come As You Are de Nirvana

Rendez-vous sur Hellocoton !

On ne présente plus Britney… Ce clip renoue avec ceux qui ont fait sa gloire, même si quand on la voit danser c’est pas tout à fait ca. J’aime ce clip, aux goûts de Science Fiction, et la chanson « Til The World Ends », qui m’a d’ailleurs inspiré un article : La bande originale de la fin du monde.

Parce qu’avec un peu d’idées et beaucoup de loufoquerie, on peut faire un truc complétement délire, borderline et acceptable… Je vous laisse avec le clip de Katerine.

Pour finir, une reprise de »Come As You Are » de Nirvana, totalement décalée et en français que nous offre Séverin : « Viens Comme Tu Es ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Coup de coeur de la semaine pour le nouveau titre Ecris-moi de Manu Larrouy. Graphisme soigné, fluo et rythme pop/80s. J’adore ! Du coup j’ai hâte d’avoir plus d’infos concernant ce nouvel album « Y-a des jours où je t’aime« . En tout cas c’est pile dans la tendance de ce que j’aime en ce moment : Jenifer et Séverin.

Enorme coup de coeur également pour cette vidéo aux goûts 80s (encore !) et Marty Mc Fly… J’adore aussi le concept générique.

Lenny Kravitz – Let Love Rule (Justice Remix) from electrodisiac on Vimeo.

Et enfin on va finir avec The Naked And the Famous, Yound Blood, car non ce n’est pas une pub pour Yves Rocher ou les produits laitiers, c’est simplement un clip rythmé et visuel.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je craque autant en voyant Ashton Kutcher jouer les débiles que devant le sourire émail diamant de Natalie Portman. Autant dire que j’avais envie de voir Sex Friends (No Strings Attached en VO) qui réunit les deux acteurs. Le film sortant le 16 Février, jour de mon anniversaire, je me disais que c’était un signe… ou du moins, le présage d’une bonne soirée girly ! Mon programme était donc bien établi… mais c’était sans compter l’invitation de la Wifilles (merci Foley au passage) qui m’a permis de voir le film 8 jours avant tout le monde. La soirée réservait plein de surprises agréables, toutes plus parfaites les unes que les autres. J’avais l’impression d’une soirée pré-anniversaire.
Je m’explique…

Le lieu.

La projection se déroulait dans la même salle qu’une avant première de L’Age d’Homme avec Romain Duris organisée par Myspace en 2007. Tout le monde sait (si vous ne savez pas, cela sera fait ! ) à quel point je porte Myspace dans mon coeur. Une sorte de revival.

Le film.

Première surprise de taille, le réalisateur Ivan Reitman était là pour nous présenter le film. Nous pourrons désormais dire que nous avons vu Ashton et Natalie par procuration, ou plutôt que nous avons rencontré le réalisateur de S.O.S Fantômes, car oui, c’est lui qui se cache derrière ce film cultissime. Il n’avait pas été derrière une caméra depuis 16 ans, se consacrant à la production depuis. Si vous faites attention, dans les premières scènes du film, il y a un réalisateur (à la fin de la scène des cheerleaders) et bien, c’est lui. Car oui, il y a des cheerleaders, ce qui a attiré d’emblée ma sympathie pour le film. Bon ok, vous me direz que je n’étais déjà pas objective… Mais le film en lui même est une vraie comédie sentimentale. On rit, on a envie qu’ils finissent ensemble, on se met à rêver à celui qui nous offrira une mixtape version CD, on est étonné de voir que le méchant dans l’histoire ce n’est pas le mec mais la fille, contrairement à ce que laissait présager le début du film, on s’attache aux personnages, on rit des caricatures, on rêve un peu trop… mais on aime ca !
Bonus pour la présence de Lake Bell qui joue dans How to Make It in America.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE