Articles taggué " showcase"

2006. Lyon commençait à me paraître trop petit. Je faisais la liste des évènements que je manquais à Paris, comme ces Zèbres de Belleville où Rose était en tête d’affiche. Après le coup de foudre de la première partie, j’avais très envie de la voir sur scène. C’est finalement un hasard de calendrier posant son showcase de Saint-Lazare un samedi qui m’a permis de la revoir chanter. Le coeur battant la chamade, CD dédicacé, premiers mots échangés, des rencontres encore là 7 ans après.
Pour les souvenirs, pour le symbole, pour Saint-Lazare, pour accueillir ce bien chouette nouvel album, il fallait que j’y sois.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

A l’époque où internet n’existait pas encore en haut débit, j’écoutais Fun Radio dans ma chambre, le soir tard avec la libre antenne de Max. Le matin, je regardais les clips sur M6 avant de partir au lycée. A l’époque de l’adolescence conformiste, je fredonnais le tube Don’t Speak.

Je dansais sur du Gwen Stefani quand ma prof de modern’ jazz avait décidé de nous transformer en poupées-robot sur la chanson What Are You Waiting For ?. Un an à répéter encore et encore les mêmes mouvements jusqu’à la perfection pour le jour J du spectacle.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Blonde« . Tel est le titre du nouvel album que Coeur de Pirate nous présentait lundi soir au Silencio, le club crée par David Lynch. Blonde, comme la couleur de ses cheveux retrouvée, comme un retour au source, comme à ses débuts. Quel qu’en soit la raison, le lieu était tout trouvé puisque tout est doré et noir comme sur la pochette de son opus à paraître le 14 novembre.

Exit Coeur de Pirate cachée derrière un grand piano, elle assume son rôle de chanteuse, un synthé à portée de main, grâce à ses musiciens. Nul doute que les collaborations qu’elle a fait entre les deux albums l’ont marquée. Je retrouve le côté nostalgique que j’aimais tant dans Armistice. D’ailleurs Jay Malinowski, qui formait avec elle ce duo, l’accompagne sur un titre de l’album : Loin d’ici, et en français, s’il vous plait ! L’opus commence par le titre Lève Les Voiles, qui est une chorale. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir un rapport « biblique » avec sa reprise de Voilà Les Anges pour Nouvelle Vague.

Même si Coeur de Pirate parle beaucoup de ses amours malmenés, certaines chansons donnent une furieuse envie de danser. Elle a d’ailleurs essayé de nous faire bouger, bras dessus, bras dessous avec nos camarades de concert. La canadienne nous a livré quelques ballades aux arrangements plus épurés, comme Cap-Diamant et la très attendu Place de la République, entendue lors de nombreux concerts, notamment en première partie de Julien Doré à l’Olympia pour ma part. C’est une de mes chansons préférées, alors j’étais en apnée quand elle l’a interprété devant nous. J’ai adoré les arrangements qui lui ont été donné. Les percussions et le violon renforcent cette histoire qui l’a rendu bien triste, un soir Place de la République – oui je connais les paroles par coeur.

J’aime tout l’album avec quelques préférences notamment pour Verseau et Saint Laurent. On la sent d’ailleurs beaucoup partagée entre ces ailleurs et son Montréal natal. La palme revient tout de même à Golden Baby, un vrai hit en puissance, au synthé année 80s. Un vrai coup de coeur.

Une excellente soirée donc dans un endroit qui valait le coup d’oeil. Je ne suis pas prête d’oublier les interminables marches noires menant au Silencio, ainsi que les différentes salles au plafond bas, aux multiples recoins. Un parfait décor pour un film Lynchéen. Magique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je craque autant en voyant Ashton Kutcher jouer les débiles que devant le sourire émail diamant de Natalie Portman. Autant dire que j’avais envie de voir Sex Friends (No Strings Attached en VO) qui réunit les deux acteurs. Le film sortant le 16 Février, jour de mon anniversaire, je me disais que c’était un signe… ou du moins, le présage d’une bonne soirée girly ! Mon programme était donc bien établi… mais c’était sans compter l’invitation de la Wifilles (merci Foley au passage) qui m’a permis de voir le film 8 jours avant tout le monde. La soirée réservait plein de surprises agréables, toutes plus parfaites les unes que les autres. J’avais l’impression d’une soirée pré-anniversaire.
Je m’explique…

Le lieu.

La projection se déroulait dans la même salle qu’une avant première de L’Age d’Homme avec Romain Duris organisée par Myspace en 2007. Tout le monde sait (si vous ne savez pas, cela sera fait ! ) à quel point je porte Myspace dans mon coeur. Une sorte de revival.

Le film.

Première surprise de taille, le réalisateur Ivan Reitman était là pour nous présenter le film. Nous pourrons désormais dire que nous avons vu Ashton et Natalie par procuration, ou plutôt que nous avons rencontré le réalisateur de S.O.S Fantômes, car oui, c’est lui qui se cache derrière ce film cultissime. Il n’avait pas été derrière une caméra depuis 16 ans, se consacrant à la production depuis. Si vous faites attention, dans les premières scènes du film, il y a un réalisateur (à la fin de la scène des cheerleaders) et bien, c’est lui. Car oui, il y a des cheerleaders, ce qui a attiré d’emblée ma sympathie pour le film. Bon ok, vous me direz que je n’étais déjà pas objective… Mais le film en lui même est une vraie comédie sentimentale. On rit, on a envie qu’ils finissent ensemble, on se met à rêver à celui qui nous offrira une mixtape version CD, on est étonné de voir que le méchant dans l’histoire ce n’est pas le mec mais la fille, contrairement à ce que laissait présager le début du film, on s’attache aux personnages, on rit des caricatures, on rêve un peu trop… mais on aime ca !
Bonus pour la présence de Lake Bell qui joue dans How to Make It in America.

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !

QUI JE SUIS


Photographe, consultante web et dénicheuse de talents. Je suis parisienne d’adoption. Je partage ici mon travail, découvertes et inspirations.

>> En savoir plus

Archives

CE QUE J’ECOUTE